"Ce n'est pas la bamboche du jour au lendemain": Macron appelle les Français à la prudence pendant le déconfinement

·2 min de lecture
Le président Emmanuel Macron (C) avec l'ancien basketteur Tony Parker (2eG) et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer (G) au stade municipal de Pont-Sainte-Marie (Aube), le 19 mai 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Le président Emmanuel Macron (C) avec l'ancien basketteur Tony Parker (2eG) et le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer (G) au stade municipal de Pont-Sainte-Marie (Aube), le 19 mai 2021 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

En visite dans plusieurs clubs sportifs de l'Aube ce mercredi, Emmanuel Macron s'est félicité de la réouverture de certains lieux publics dans le cadre du déconfinement progressif. À partir de ce 19 mai, les terrasses, les musées ou encore les commerces sont de nouveau autorisés à rouvrir avec des protocoles sanitaires stricts.

Lors de ce déplacement, le chef de l'État a appelé à la prudence malgré ce relatif relâchement des mesures sanitaires. "Aujourd'hui, on peut être raisonnablement confiant, mais il faut tous rester vigilants, parce qu'on a une part de la clef du succès", a-t-il déclaré face à la presse, estimant que "la priorité était le retour à la vie normale".

"Il y a de l'optimisme, mais il y a de la fatigue"

"C'est bien qu'on retrouve la vie française et on a le droit de profiter du moment", se réjouit le président en privé, tout en appelant les Français à la modération et à la prudence face au virus: "Mais ce n'est pas 'la bamboche' du jour au lendemain. Il faut rester très rigoureux sur la question des variants". "C’est un moment où il faut se réjouir collectivement: c’est un optimisme résolu", résume-t-il.

En coulisses, Emmanuel Macron répète aussi qu'il ne souhaite pas avoir à resserrer la vis en raison d'une quelconque reprise de l'épidémie. "Les Français ne veulent pas qu'on revienne en arrière, et moi non plus! On a été dans la ouate pendant longtemps". Et de décrire: "il y a de l'optimisme, mais il y a de la fatigue. Il y a eu de la souffrance, de l'inquiétude économique, de la prudence et de la responsabilité sanitaire".

"Les Français ont la stratégie en tête"

"À chaque étape (de l'épidémie), on a essayé d’expliquer", se défend aussi le chef de l'État. "Les Français ont compris qu’on leur avait fait confiance. À partir de là fin de l’année dernière, ils ont été acteurs de cette reconquête collective. Ils ont accepté des couvre-feu, des restrictions. Et les résultats, on les leur doit.

Selon lui, les Français "ont en tête la stratégie et je pense qu’ils ont compris. Je suis frappé (par le fait que) les gens ont très bien intégré la manière dont on combat le virus", a encore déclaré le président en privé.

Un "petit moment de liberté retrouvée" qui a été mis en scène ce mercredi matin devant les caméras de télévision par Emmanuel Macron et son Premier ministre Jean Castex, qui ont pris un café en terrasse dans une rue proche de l'Élysée. Le train du déconfinement doit se poursuivre le 9 juin avec la réouverture des cafés et restaurants en intérieur, des jauges moins strictes et un couvre-feu à 23 heures, qui disparaîtra le 30 juin si la situation sanitaire le permet.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles