«On n'en voit pas la fin» : après six jours de feu, la fatigue des pompiers se fait sentir

On essaie de parler d'autre chose dans la salle des fêtes de Landiras . En six jours, le feu a ravagé plus de 10.000 hectares en Gironde . Par conséquent, le moral des pompiers commence à être atteint et la fatigue gagne les équipes mobilisées. Dans cette salle, les soldats du feu peuvent se reposer, manger un morceau, penser à autre chose. Brice, revient de mission, les traits tirés. "Une petite carence de sommeil", plaisante-t-il.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"On n'y pense pas, sinon on arrête"

"Ça commence à s'accumuler et à cogner fort. Malheureusement, on n'en voit pas la fin. Mais on ne va pas y penser. On n'y pense pas, sinon on arrête. Mais ça va, il faut être là quand il faut être là", lance-t-il.

Pour détecter les fatigues physiques et nerveuses, une vingtaine d'infirmiers, de médecins et de psychologues sont déployés sur chaque feu. Fabien Senet est infirmier sapeur-pompier, toute la journée, il va à la rencontre de ses collègues pour voir s'ils sont toujours en état pour combattre les flammes.

"Un métier de gens passionnés"

"C'est un réseau de communication avec la chaîne de commandement qui nous permet de dire : 'Cette partie de l'équipe doit être mise au repos maintenant ou peut continuer son action.' Si on les laisse faire, on ne les arrête pas. Ils continueraient tant qu'ils tiennent debout, tant qu'ils ont l'envie, tant qu'ils ont l'énergie parce que ça reste un métier de gens passionnés, de gens i...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles