Nelson Piquet souhaite la mort de Lula dans une vidéo, une enquête ouverte

L’ex-champion de Formule 1 participait à une manifestation contestant la victoire du leader de gauche face au président Jair Bolsonaro.

INTERNATIONAL - La justice brésilienne a ouvert jeudi 3 novembre une enquête sur l’ancien champion du monde de Formule 1 Nelson Piquet, qui a été vu dans une vidéo en train d’appeler à la mort du président élu Lula.

« Virons ce fils de pute de Lula », a lancé Nelson Piquet dans la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, où on le voit participer à l’une des manifestations contestant la victoire du leader de gauche. « Lula là-bas, dans le cimetière », ajoute l’ex-pilote.

Le parquet fédéral a estimé dans une déclaration que les propos de Nelson Piquet « stimulent le renversement du gouvernement élu, ainsi que la pratique de la violence contre Lula da Silva », qui occupera la présidence du Brésil pour la troisième fois à partir du 1er janvier 2023.

« Les déclarations de Piquet ne se limitent pas à de simples expressions d’opinion, mais constituent une forme concrète d’incitation dirigée contre la population », ont mis en avant les procureurs. « C’est une personne qui a une notoriété publique et il devrait donc savoir que ses déclarations peuvent potentiellement toucher des milliers de personnes », ont-ils ajouté.

Comme Piquet, de nombreuses stars pro-Bolsonaro

Luiz Inacio Lula da Silva a remporté dimanche le second tour de la présidentielle contre le président sortant Jair Bolsonaro, dont Nelson Piquet est un partisan déclaré, par une faible marge (50,9% contre 49,1%). Comme lui, d’autres sportifs comme Neymar ont apporté leur soutien à Jair Bolsonaro.

Depuis dimanche, des milliers de soutiens du chef de l’État d’extrême droite ont bloqué des routes dans tout le pays pour rejeter la victoire de Lula, tandis que d’autres ont manifesté devant des casernes militaires, exigeant une intervention de l’armée.

Nelson Piquet, triple champion du monde de F1, doit se présenter devant la police fédérale pour témoigner.

Au début de l’année, le Brésilien avait été mêlé à une autre controverse lorsqu’il avait utilisé un terme raciste pour désigner le septuple champion de F1 Lewis Hamilton, des propos qui lui avaient valu des condamnations de la part de la F1 et des pilotes.

Lire sur le HuffPost

Lire aussi

Au Brésil, ces « saluts » de bolsonaristes étaient-ils « nazis » ?

Avec sa défense de l’Amazonie, Lula sera-t-il la star de l’environnement à la COP 27 ?

VIDÉO - Brésil: Bolsonaro disposé à une bonne transition de pouvoir, dit Alckmin