Nelly Garnier (LR) : « Aucun parti ne peut accaparer le féminisme »

Par Géraldine Woessner
·1 min de lecture
Nelly Garnier.
Nelly Garnier.

Une élue socialiste est-elle « féministe » par nature ? La droite serait-elle condamnée à rester discrètement sur le banc des débats qui enflamment la société ? À Paris, le dialogue assumé de la conseillère LR Nelly Garnier, proche de Rachida Dati, et de la militante radicale LGBT Alice Coffin, qui se sont récemment rencontrées pour évoquer leurs « combats communs » contre les violences sexuelles, a suscité des interrogations. Dans un entretien au Point, Nelly Garnier assume, et appelle la classe politique à faire son « examen de conscience ». En défendant un « féminisme populaire, humaniste et universel », elle entend se démarquer du « féminisme de salon » qu'incarne à ses yeux la gauche socialiste d'Audrey Pulvar et Anne Hidalgo.

Le Point : Vous avez multiplié ces derniers mois les prises de position fortes en faveur du féminisme, au point de bousculer certains membres de votre famille politique, notamment lorsque vous avez soutenu le mouvement #MeToo. Pensez-vous que LR devrait s'affirmer davantage sur ces questions ?

Nelly Garnier : De manière assez inédite, la droite parisienne a été en pointe sur les questions de violences sexuelles, quand la majorité d'Anne Hidalgo a été prise ces derniers mois dans une multiplicité d'accusations. En quatre mois à peine, nous avons connu l'affaire Christophe Girard, visé pour ses relations avec l'écrivain Gabriel Matzneff ; puis il y a eu l'affaire Pierre Aidenbaum, pilier historique d'Anne Hidalgo, accusé par une pro [...] Lire la suite