“Elle ne veut plus y penser” : Elizabeth II, “attristée” par Meghan et Harry, a tourné la page

Ils voulaient prendre leur indépendance tout en restant dans le giron de la couronne britannique. Mais la reine en a décidé autrement. Le mercredi 8 janvier, Meghan Markle et le prince Harry ont fait trembler Buckingham en annonçant leur décision de se mettre en retrait de leurs fonctions royales, sans l'accord préalable d'Elizabeth II. Le couple expliquant vouloir continuer à servir la monarchie tout en gagnant son indépendance financière. Une politique un pied dedans, un pied dehors rapidement balayée par la souveraine.

Tout en soutenant publiquement Harry et Meghan dans leur volonté d'émancipation, Elizabeth II a acté leur départ de la famille royale. Un départ qui aura officiellement lieu le 31 mars. Alors que le couple comptait capitaliser sur leur statut de duc et duchesse pour financer leur nouvelle vie, la reine leur a ainsi interdit d'utiliser l'appellation Sussex Royal à partir de cette date. Leur bureau à Buckingham a également été fermé et leurs employés congédiés. Après une période de flottement, la souveraine a fait preuve de fermeté, coupant les liens entre le couple Meghan/Harry et la famille royale afin de résoudre au plus vite la crise, et de préserver la monarchie.

Une souveraine blessée

Mais si Elizabeth II s'est montrée si intransigeante, ce n'est peut-être pas uniquement pour des raisons diplomatiques. Une source a ainsi confié à Vanity Fair que la souveraine a pris personnellement la décision de Meghan et Harry de renoncer à leurs fonctions royales et en a

Retrouvez cet article sur GALA

PHOTO - Jean Dujardin et Jean-Paul Belmondo partagent un tendre moment de complicité
PHOTO - Brigitte Macron en beauté pour un dîner avec des créateurs de mode à l'Élysée
Bruno Vandelli (Popstars) marié et très heureux, il se confie sur son couple avec Jess
Elizabeth II et le prince Philip : la raison bouleversante pour laquelle ils ne vivent pas ensemble
Sécurité de Meghan Markle et Harry : la police anglaise n’en peut déjà plus