"Je ne vais pas le retirer, c'est mon devoir de maire" : un arrêté municipal anti-pesticides fait débat au Perray-en-Yvelines

Sandrine Etoa-Andegue
La maire de la commune a décidé de prendre un arrêté municipal contre l'épandage des pesticides, après la découverte d'un champ rouge sur sa commune. Une décision qui met en colère le monde agricole.

Au Perray-en-Yvelines, commune de 7 000 habitants, la guerre est déclarée. Au mois de mars dernier, des habitants découvrent un champ entièrement rouge. Il avait subi un épandage au glyphosate.

Au volant de sa petite voiture électrique, Paulette Deschamps, maire divers gauche du Perray-en Yvelines depuis 20 ans, montre du doigt le terrain agricole :"Là, il y a du blé, mais c’était auparavant une herbe rouge, et c’est entre deux parties habitées." Dans le jardin de la maison riveraine, on aperçoit une balançoire, à dix mètres du champ.

Un arrêté de protection des habitants

Interpellée par certains habitants inquiets, l'élue propose aux volontaires de faire des tests urinaires. Au total, 47 personnes se sont portées volontaires.

Tout le monde est au-dessus de la dose qui est acceptée dans l’eau potable. Pour un adulte, c’était 35 fois plus. J’ai donc pris un arrêté de protection des habitants

Paulette Deschamps

à franceinfo

Mais le texte est illégal, a estimé le sous-préfet de Rambouillet dans un courrier, fin juin. La maire, elle, reste catégorique : "Non, je ne vais pas le retirer. C’est mon devoir de maire."

Plus d'un millier de personnes ont signé une pétition de soutien en ligne dont Céline. Son pavillon se trouve près du champ concerné, elle attend les résultats des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi