"Je ne vais pas dire que Marine Le Pen n'est pas une femme" : Anne Hidalgo surprend Léa Salamé

·1 min de lecture

Anne Hidalgo sera-t-elle candidate à la présidentielle de 2022 ? Pressentie pour se lancer dans la course à l'Elysée, la maire de Paris continue d'entretenir le doute, sans fermer la porte à une candidature. "Je pense que les Français sont prêts à élire une femme présidente", a-t-elle ainsi glissé dans la revue L'Hémicycle. Une déclaration évidemment remarquée par Léa Salamé, qui n'a pas manqué de lui demander quelques précisions sur France Inter, lundi 8 mars, à l'occasion de la journée des droits des femmes. Pense-t-elle à sa propre candidature ou à celle de Marine Le Pen quand elle évoque une femme présidente ?

Réponse d'Anne Hidalgo : "Bien sûr que je pense à Marine Le Pen... Je ne vais pas dire qu'elle n'est pas une femme, mais... elle présente des caractéristiques d'une autre nature, elle est l'extrême droite", répond-elle, un brin embarrassée, face à une Léa Salamé étonnée : "Oui, c'est une femme...". "Evidemment face à l'extrême droite, même incarnée par une femme, ma sororité ne serait vraiment pas au rendez-vous", a mis au clair l'élue socialiste, alors que certains électeurs de gauche s'interrogent en cas de second tour Macron/Le Pen.

"Pour ma part, je ferai toujours échec à l'extrême droite quelle que soit la configuration", a-t-elle insisté, avant de revenir sur la place des femmes : "C'est quand même incroyable que dans notre pays depuis Edith Cresson, Premier ministre il y a plus de trente ans, il n'y ait pas eu de femme Premier ministre. Ça tient à quoi ? Au fait (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Marlène Schiappa contre la dépénalisation du cannabis, elle ironise : "C'est ringard"
« Une trahison honteuse » : Meghan Markle et Harry très sévèrement jugés après leur coup de force
Et si Nicolas Sarkozy appelait à voter Emmanuel Macron... un de ses anciens ministres le croit possible
Mort d’Olivier Dassault : les 1ers éléments après le crash de son hélicoptère
"Foutre le bordel chez Macron..." : la petite phrase qui crée des remous dans la majorité