"On ne va pas tenir encore très longtemps" : pourquoi les policiers interpellent Emmanuel Macron sur les "gilets jaunes"

franceinfo
Les forces de l'ordre disent avoir "frôlé la catastrophe" samedi dernier et s'inquiètent pour la suite de la mobilisation.

Deux jours après "l’acte III" de la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, les forces de l’ordre doutent. La stratégie mise en place face aux émeutiers était-elle la bonne ? Le dispositif adapté ? Les policiers et les gendarmes étaient-ils suffisamment bien équipés ? Cela fait trois semaines que les "gilets jaunes" se mobilisent et les policiers fatiguent, leur moral baisse. Ils plaident désormais leur cause auprès du gouvernement.

"On doit changer de méthode pour tenir bon"

Dès samedi 1er décembre, plusieurs représentants syndicaux rappelaient avec prudence que le maintien de l’ordre n’est pas "une science exacte". Que la gestion des manifestations de "l’acte III" allait s’avérer délicate.

Le 1er décembre, David Le Bars, le secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale, notait à l’antenne de franceinfo que s'il y avait à priori "suffisamment de forces" il allait falloir pour les policiers "être prudents, mobiles, disponibles sur la longueur de la journée."

Un des enjeux de la journée était la sécurisation des Champs-Élysées, à la suite des affrontements qui s’y étaient déroulés le 24 novembre. Une attention particulière avait été portée à l’évacuation du matériel de chantiers et du mobilier sur place pouvant servir de projectile ou à l’érection de barricades. Mais les forces de l’ordre ont été débordées par la multiplication des points chauds dans la capitale (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi