«Je ne trouve pas ça juste» : les Strasbourgeois mitigés après la réforme des retraites

© ARNAUD PAILLARD / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

A Strasbourg, les commerçants s'interrogent autour de la réforme des retraites . Caroline, est fleuriste. Elle est plutôt très favorable à cette réforme, qui reporte notamment l'âge de départ de 62 ans à 64 ans en 2030 . En effet, elle a commencé à travailler très jeune. "Moi, j'ai commencé à travailler à seize ans en apprentissage", a-t-elle raconté à Europe 1. Théoriquement, elle aura le droit de prendre sa retraite à 59 ans exactement. Une nouvelle qui la réjouit, "bien évidemment". "Vous savez, nous les artisans, on travaille en moyenne 70 heures par semaine, il faut le savoir, pour des très petits salaires. C'est la passion qui nous porte."

Devant leur agence immobilière voisine de la boutique de Caroline, Noémie et sa collègue, respectivement âgées de 22 et 27 ans, sont bien plus réticentes. "Ça va être décalé à 64 ans, c'est énorme", déplore la jeune femme. "Moi, j'ai commencé à travailler quand même très jeune, à 21 ans, et j'estime que c'est quand même jeune. Je pense que ça va faire très long. Pour moi, dans la logique des choses, à 64 ans, on n'est plus vraiment apte à travailler. Je ne trouve pas ça juste."

Une mobilisation le 19 janvier prochain ?

Aller manifester contre cette réforme ? Pour Caroline et Noémie, la décision n'est pas encore prise. "Alors ce n'est pas trop mon truc, mais si c'est dans un intérêt commun et donc bien plus tard, pourquoi pas", assure la première. Idem pour Michelle, déjà retraitée, mais qui pense aux plus jeunes et n'exclut pas d'alle...


Lire la suite sur Europe1