"Je ne supporte plus ma belle-mère et c'est réciproque" : dans certaines familles, le confinement tourne au fiasco

franceinfo

"L'idée est de moins se croiser". Marie est coincée en Seine-Maritime avec son mari, ses enfants et ses parents dans un appartement de seulement quatre pièces. Problème : son mari "ne supporte plus" ses parents, nous écrit-elle. "On alterne pour s'occuper des enfants, on essaie de s'éviter en s'organisant autour des tâches quotidiennes". Mais le confinement, décidé par le gouvernement mardi 17 mars pour tenter d'endiguer la propagation du coronavirus, dure et les choses se compliquent. "Nous ne voulons pas rester plus longtemps dans cette situation." Alors, Marie imagine déjà ce qu'elle fera si rien ne change : "On fera une fausse attestation de sortie, quitte à prendre une amende, pour rentrer chez nous".

>> Suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Qu'ils soient confinés en famille, avec leur colocataire ou des amis, certains Français expérimentent une promiscuité très difficile à vivre au quotidien. Les possibilités de sorties étant limitées, les tensions s'exacerbent dans ces foyers. C'est ce qu'ont raconté plusieurs "confinés" via l'appel à témoignages lancé par franceinfo. Comme Marie, Hugo s'est lui aussi retrouvé coincé avec sa famille à Rouen (Seine-Maritime). "Je passais normalement simplement pour une semaine de vacances, je n'ai donc pas toutes mes affaires et je dois prendre les vêtements de mon père", raconte-t-il par écrit. Résultat : le jeune homme est confiné avec son père, sa belle-mère et ses (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi