"Je ne le supportais pas !" : Hélène Rollès cash sur son acolyte Patrick Puydebat

·1 min de lecture

Elle a connu des hauts et des bas, mais cela reste l’une des histoires d’amour les plus longues de la télévision française : celle d’Hélène et Nicolas, qui a fait rêver la génération Hélène et les garçons. Ce n’est pas sur leurs « mystères de l’amour », titre de la série de TMC où ils continuent à s’aimer, qu’Hélène Rollès et Patrick Puydebat se sont confiés, mais sur leur rencontre qui a bien failli mal tourner. Sur les plateaux de tournages de la sitcom à succès de TF1, les deux jeunes acteurs, qui étaient dans leur vingtaine, ont eu au départ eu bien du mal à s’apprivoiser. Leurs tempéraments très différents ont mis du temps à s’acclimater. « Je ne le supportais pas ! Je ne comprenais pas qu'il débarque sans apprendre son texte ou qu'il s'endorme pendant les prises. Il faisait perdre son temps à toute l'équipe », se souvient Hélène Rollès dans une interview croisée avec son acolyte à retrouver dans les colonnes de Télé Star, à retrouver en kiosque ce lundi 8 février.

« Je l'agaçais profondément. Hélène a toujours été très pro alors que j'étais une sorte de Zébulon », confirme dans le comédien qui incarnait Nicolas, Patrick Puydebat. Le récit d’un conflit de courte durée, car la série a pris les choses en main. « Comme c'est un vrai gentil, on a réussi à s'entendre. Je l'ai recadré et ça s'est arrangé », explique la comédienne et chanteuse de 54 ans. Ils se sont tellement bien entendus que la réalité a fini par rejoindre la fiction. À une époque, le couple de la télé l’a aussi (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Un jardinier d'hommes" : quand Brigitte Macron déclenchait le lyrisme d'un ancien ministre
Richard Berry accusé d'inceste : "On essaie de bâillonner" Coline Berry s'insurge son avocate
"Une idée moyenâgeuse" : Gérald Kierzek ne veut pas entendre parler d'un 3e confinement
"C'est de la folie complotiste" : Coralie Dubost pas tendre avec Florian Philippot
"Une ineptie" : Marine Le Pen tire à boulets rouges sur le gouvernement