Publicité

"Je ne sais pas si j'arriverai à pardonner" : Leïla Bekhti et ses trois enfants, des limites à ne pas dépasser

Pardonner, Leïla Bekhti peut le faire mais peut-être pas avec n'importe qui et surtout dans toutes les conditions. Dans "Je verrai toujours vos visages" de Jeanne Herry, elle est Nawelle, victime d'un braquage qui entame un dialogue avec son bourreau pour comprendre. Un échange qu'elle n'est pas certaine de pouvoir assumer dans la vraie vie.

Devenir maman, ça fait changer la façon de voir le monde et d'appréhender le quotidien. Adèle Exarchopoulos l'a vécu avec son fils Ismaël, tout comme sa comparse Leïla Bekhti avec qui elle partage l'affiche du drame de Jeanne Herry, Je verrai toujours vos visages. Le film, attendu en salles ce mercredi 29 mars, parle du sujet très peu abordé de la justice restaurative. Une sorte de thérapie permettant à des victimes et leurs bourreaux d'échanger après des attaques. Du braquage au vol en passant par l'inceste, les thèmes les plus difficiles font partie du long-métrage.

Leïla Bekhti campe le rôle de Nawelle, une jeune femme braquée sur son lieu de travail qui rencontre l'homme qui lui a fait du mal et l'a brisée. Ce rôle difficile lui a tout de suite parlé : "À la lecture du scénario, j'ai découvert l'action de ces gens, pour la plupart bénévoles, qui travaillent dans ce dispositif et je me suis dit que cela redonnait foi en l'humanité. J'admire aussi les victimes qui se lancent dans cette démarche. Je ne sais pas si j'aurais ce courage" révèle-t-elle dans une interview à Télé Star.

D'ailleurs, si elle était personnellement confrontée à une situation telle qu'une agression sur ses trois enfants, fruits de ses amours avec l'acteur Tahar Rahim, Leïla Bekhti ne pense pas pouvoir faire de cadeau en dépit de son tempérament doux et compréhensif : "L'idée d'entamer un dialogue avec la personne qui m'a fait du mal, ça me parle. Je...

Lire la suite

VIDÉO-La Minute de Leïla Bekhti