"Il ne s'agit pas de littérature mais d'un délit" : l'affaire Matzneff suscite le malaise des éditeurs

Manon Botticelli

L'affaire Matzneff n'en finit pas de faire trembler le monde des lettres. Dans Le consentement (Grasset), Vanessa Springora raconte la relation entretenue avec l'écrivain Gabriel Matzneff alors qu'elle était âgé de 14 ans et lui de 50. Le livre ne sera publié que le 2 janvier mais a déjà suscité déjà de nombreuses réactions. La place importante qu'occupait Gabriel Matzneff dans le milieu littéraire, malgré ses pratiques pédophiles assumées et jamais condamnées par la justice, provoque aujourd'hui un malaise.


En témoigne cette séquence de l'émission Apostrophes qui fait polémique. Nous sommes en 1990 et Gabriel Matzneff présente son livre Mes amours décomposés (Gallimard), un volet de son journal où il raconte ses relations sexuelles avec de jeunes adolescents, parfois âgés de 11 ou 12 ans.

"Une complicité malvenue entre des hommes de pouvoir"

Seule la romancière canadienne Denise Bombardier s'attaque à l'écrivain. Les autres invités ne réagissent pas. "Je pense qu'il y avait à l'époque une domination patriarcale totale, nourrie par une complicité malvenue entre des hommes de pouvoir, analyse Caroline Laurent, directrice littéraire aux éditions Stock. C'est aussi lié à cet esprit français de marivaudage qui permettrait de tout faire passer avec un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi