Il ne reste que 10 marsouins du Pacifique, mais sauver l'espèce est encore possible !

On les croyait condamnés à l'extinction : les marsouins du Pacifique sont aujourd'hui l'espèce de mammifères marins la plus menacée. Et pour cause, les scientifiques estiment qu'il n'en reste que dix environ dans les eaux du golfe de Californie.

Face à ce constat, beaucoup estimaient que cet animal ne pourrait jamais s'en remettre. En cause, la consanguinité forcée des futures progénitures. Mais cette théorie est aujourd'hui contredite par une nouvelle étude, publiée jeudi dans la prestigieuse revue Science.

Des marsouins pris au piège de larges filets de pêche

Malgré leur faible nombre, les marsouins ne sont pas voués à disparaître pour des raisons génétiques, assure-t-elle. Du moins à une condition : que les pratiques de pêche à l'origine de leur déclin cessent complètement. "Nous essayons d'aller à l'encontre de cette idée qu'il n'y a aucun espoir, qu'il n'y a rien que nous puissions faire pour les sauver", a déclaré à l'AFP Jacqueline Robinson, auteure principale de l'étude et chercheuse à l'Université de Californie à San Francisco. La campagne pour la survie de cette espèce mobilise notamment l'acteur Leonardo di Caprio, et est devenue un enjeu diplomatique, les Etats-Unis faisant pression sur le Mexique.

De la même famille que les dauphins, ces marsouins mesurent en moyenne un peu plus d'un mètre seulement, ce qui en fait la plus petite espèce de cétacés. Appelé "vaquita marina" (petite vache marine) au Mexique, l'animal ne vit que dans une zone très restreinte, dans le nord du golfe de Californie.

Au 20ème siècle, il a été décimé par les larges filets maillants utilisés pour pêcher notamment un poisson lui-même menacé, le totoaba, très recherché dans certains pays. Bien que la pêche de ce poisson ait été déclarée illégale, l'interdiction n'est pas toujours respectée. Or les marsouins se prennent dans ces filets, causant leur mort.

Une consanguinité qui confère... un avantage

Lors de leur premier recensement, en 1997, ils n'étaient déjà plus qu'au nombre de 570. Aujourd'hui, l'espèce est au bord de l'extinction, et certains ont estimé que leur sort était désormais scellé, du fait d'une consanguinité inévitable.

Pour en avoir le cœur net, les chercheurs ont analysé le génome de 20 marsouins, à partir d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles