"On ne peut pas en permanence se protéger": l’épidémie de dengue à la Réunion explose avec 900 cas par semaine

franceinfo, Solenne Le Hen
L'épidémie a démarré l'an dernier et a déjà touché plus de 40 000 personnes.

La Réunion est en proie à une nouvelle épidémie : après le chikungunya il y a presque 15 ans, c’est désormais la dengue qui frappe l’île. Les autorités sanitaires l'ont placée en alerte de niveau 4 sur 5 pour cette maladie surnommée la "grippe tropicale". Déjà plus de 40 000 cas ont été recensés depuis le début de cette épidémie l’an dernier. Ces dernières semaines, le nombre de malades explose avec 900 cas par semaines.

Fièvre, fatigue et transpiration

À l’hôpital de Saint-Pierre, dans le sud de l’île où se trouve le principal foyer de l’épidémie, Jacky reçoit la visite de sa femme et ses enfants. Ce quinquagénaire est hospitalisé depuis 24 heures à cause de la dengue. "C'est beaucoup de fièvre, on ressent une douleur dans l'œil, mais aussi des défaillances musculaires sur les doigts, des crampes et énormément de transpiration." Jacky dit se sentir faible. "On sent que ça ne va pas", affirme-t-il. Désormais, dans le sud de l'île où il vit, Jacky ne croise plus ses voisins au marché, mais à l’hôpital. "J'ai deux copains qui sont arrivés, je leur ai dit 'le monde est petit', rigole-t-il.

L’hôpital a dû ouvrir des lits supplémentaires, explique le docteur Rodolphe Manaquin, du service des maladies infectieuses. "On a vu des formes parfois un peu plus sévères d'autres maladies comme des infections urinaires ou pulmonaires qui, parfois associées à la dengue, nécessitent une hospitalisation. Tout ça fait une augmentation d'activité qu'il faut pouvoir assumer", explique-t-il.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi