"On ne peut pas anticiper" : les restaurants hésitent à recruter leurs saisonniers

·1 min de lecture

Entre les cuisiniers et les serveurs, il était déjà compliqué de trouver et d'embaucher des saisonniers avant la crise sanitaire du Covid-19. Aujourd'hui, sans date de réouverture précise, l'opération a tout d'un casse-tête. "Cette année on ne peut pas anticiper, on ne pourra pas former, on ne pourra pas essayer", déplore Jean-François Tastet, à la tête d'une dizaine de restaurants en Gironde. D'habitude, il recrute à partir du mois d'avril entre 200 et 250 saisonniers pour l'ensemble de ses établissements.

>> A LIRE AUSSILe télétravail et le casse-tête de la restauration des salariés

Négociations sur le chômage partiel

En salle, le recrutement est certes moins compliqué, la formation étant rapidement dispensée aux nouveaux arrivants, généralement des étudiants. En cuisine en revanche, le travail plus technique implique un suivi strict. Surtout, Jean-François Tastet s'inquiète de voir les saisonniers de métier se tourner vers d'autres activités, comme l'agriculture. "Cela nous posera des problèmes parce que l'on manquera de main d'œuvre. Je suis incapable de donner une date d'embauche à quelqu'un…"

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici 

Par ailleurs, le dispositif de chômage partiel est au cœur des négociations actuelles avec l'État. Les restaurateurs espèrent que le dispositif sera applicable aux saisonniers. "On discute en haut lieu avec l'exécutif pour savoir si on est accompagné de la même manière que la montagne l'a été", explique ...


Lire la suite sur Europe1