"Je ne lui pardonne pas": Camille Kouchner réitère ses accusations d'inceste contre Olivier Duhamel

Jeanne Bulant avec AFP
·2 min de lecture

Dans l'émission La grande librairie sur France 5 ce mercredi, Camille Kouchner a répété qu'elle ne pardonnait pas à son beau-père pour les faits d'inceste commis contre son frère, et qu'elle dénonce dans son livre.

Camille Kouchner, qui accuse de viol sur son frère jumeau son beau-père, le politiste Olivier Duhamel, pense que ce dernier échappera à un procès en raison de la prescription, a-t-elle expliqué sur France 5 ce mercredi soir.

Les faits dénoncés dans son livre La Familia grande (Seuil) remontent à la fin des années 1980, et ont probablement été prescrits 10 ans après la majorité de la victime, le fils de l'ancien ministre Bernard Kouchner, qui n'a jamais porté plainte et ne souhaite pas le faire. Camille Kouchner, qui a affirmé qu'elle ne pardonnait pas à son beau-père, a toutefois estimé qu'il était important de "désigner les choses", car "ne pas les désigner c'est participer".

"Il faut désigner les choses"

Le parquet de Paris a néanmoins ouvert une enquête préliminaire, le 5 janvier, à la veille de la parution de ce récit autobiographique. Invitée de l'émission La Grande Librairie, l'autrice a révélé avoir expliqué à son fils qu'Olivier Duhamel ne serait pas condamné.

"Je lui ai raconté l'histoire, parce que j'écrivais le livre. Déjà ça a cette vertu-là. Il a 12 ans mon fils, et il m'a dit: OK, OK, je voyais bien qu'il y avait un truc qui allait pas, parce que tu as été quasiment élevée par quelqu'un que j'ai jamais rencontré", a-t-elle confié. "Mais donc maintenant il va être condamné? Je lui dis: ben non. (...) Je venais de lui raconter un truc terrible (...) et je lui ai ensuite dit: eh bien non, on ne peut plus rien faire", a-t-elle ajouté.

"Maintenant le silence, il est pour lui"

Camille Kouchner a néanmoins estimé que son beau-père était réduit au "silence" par ces accusations.

"J'ai eu à me taire pendant des années, pendant 30 ans de silence. Maintenant je trouve que le silence, il est pour lui (...) Ce n'est même pas une histoire de punition, c'est juste qu'il entende que c'est impardonnable, et que ça va durer toute la vie", a-t-elle affirmé.

"Il a fait un truc qui est impardonnable, impardonnable. Donc je ne lui pardonne pas", a souligné l'autrice. "Physiquement il ne m'a rien fait, moralement il m'a fait beaucoup de mal". Elle a aussi appelé à ne pas s'en prendre à ceux qui savaient et se sont tus: "Je ne voudrais pas qu'on leur tombe dessus, parce qu'il y a un seul coupable".

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :