"Je ne suis pas un monstre" : une Britannique jugée pour le meurtre de ses enfants de 7 et 11 ans

Véronique John est jugée pour le meurtre de sa fille de 7 ans et de son fils de 11 ans, en juin 2023 dans le Nord de l'Angleterre. Jugée inapte à plaider, la quinquagénaire a justifié son acte par une volonté de "protéger" ses enfants et éviter que son mari ne "les récupère".

C'est une histoire sordide partagée par la presse britannique. Le 11 juin 2023 à Stoke-on-Trent dans le Nord de l'Angleterre, Véronique John appelle le 999 (numéro de la police):

"Je signale que je viens de tuer mes deux enfants". Ethan (11 ans) et Elizabeth (7 ans) sont en retrouvés morts, le premier sous une vingtaine de coups de couteau. Et la fille, de lésions cérébrales en plus de blessures sur le corps.

"Si vous avez une arme, tirez sur moi. Je ne suis pas un monstre, il (son mari) allait me les prendre", poursuit cette employée de magasin, aux policiers arrivés sur les lieux du crime.

Le procès de la mère s'est ouvert ce lundi 24 juin à Nottingham. La quinquagénaire est accusée de meurtre, tentative de meurtre et un autre chef d'accusation pour blessures. Jugée inapte à plaider, Véronique John a été placée dans un hôpital spécialisé.

"Il a été établi que l’accusé souffrait d’un handicap, a expliqué le juge dans des propos relayés par The Guardian. Votre tâche est de décider si l’accusé a commis les actes consistant à infliger illégalement des blessures et à tuer Ethan et Elizabeth, ce qui a entraîné leur mort, et à infliger illégalement des blessures à M. John".

Après avoir tué ses enfants ce 11 juin 2023, la femme de 50 ans s'était ensuite dirigée vers son mari pour le poignarder. Selon les éléments du procès, les liaisons conjugales compliquées sur fond d'infidélité ont joué dans le passage à l'acte.

"C'est une chose à laquelle je pensais depuis longtemps: me suicider et tuer les enfants", a justifié Véronique John aux policiers. "Je l’ai fait parce que j’aime mes enfants, pour les protéger. S'il existe un moyen possible que je sois mis à mort, j'aimerais bien. Je le pense à 100%".

"Ce qui s'est passé le 11 juin n'est pas sorti de nulle part. La tension s'est accrue les jours précédents. Ce jour-là, elle a éclaté, a tué ses enfants et a attaqué Nathan", a expliqué le procureur Peter Grives-Smith lors du début du procès.

Ce dernier a également ajouté que quelques heures avant le crime, Véronique John née sur l'île caribéenne de Saint-Vincent s'était interrogée sur internet: "Un étranger peut-il être accusé de meurtre au Royaume-Uni ?". Le procès devrait se poursuivre tout au long de la semaine.

Article original publié sur BFMTV.com