La retraite à 65 ans "n'est pas un totem" pour Élisabeth Borne qui jure de ne pas mentir aux Français

La retraite à 65 ans "n'est pas un totem" pour Élisabeth Borne qui jure de ne pas mentir aux Français
La Première ministre Elisabeth Borne en campagne pour les législatives dans le Calvados le 21 mai 2022 - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP
La Première ministre Elisabeth Borne en campagne pour les législatives dans le Calvados le 21 mai 2022 - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP

"J’ai beaucoup apprécié de travailler avec Jean Castex et Édouard Philippe, mais il m’apparaît essentiel d’exercer sa fonction en cohérence avec soi-même, et non pas au regard de ce qu’étaient ses prédécesseurs." Voilà ce qu'affirme Elisabeth Borne ce dimanche dans une interview à nos confrères du JDD. L'occasion de revenir sur la future réforme des retraites, véritable point de crispation avec les oppositions, que la nouvelle locataire de Matignon juge inéluctable.

"Ceux qui voudraient faire croire (que la réforme des retraites) n'est pas indispensable ne disent pas la vérité aux Français", déclare la cheffe du gouvernement.

"L'enjeu, pour notre pays, est d'assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d'investir, notamment dans la santé et l'éducation", plaide Élisabeth Borne:

"Le président de la République a pris des engagements clairs: ni hausse d'impôts, ni augmentation de la dette. Or, nous vivons de plus en plus longtemps, le rapport entre le nombre d'actifs et le nombre de retraités diminue... Si on veut préserver le système de retraite par répartition, auquel nos concitoyens sont attachés, il faudra progressivement travailler un peu plus longtemps".

La retraite à 65 ans "n'est pas un totem", assure-t-elle, "mais il faut assurer le financement de notre modèle social. Et annoncer aux Français qu'ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c'est leur mentir. C'est ce qu'a fait le RN pendant des années. C'est aussi une mesure que l'on retrouve dans le programme de la Nupes et qui n'est pas crédible. Les promesses façon 'demain, on rase gratis', les Français n'y croient pas. Moi, je ne leur mentirai pas.".

Elle défend son gouvernement

La Première ministre a également défendu la composition de son gouvernement auprès du JDD, alors que 14 de ses 27 membres étaient déjà membres du précédent gouvernement. A propos du ministre de la Justice, maintenu à son poste comme Darmanin à l'Intérieur et Le Maire à l'Economie, Elisabeth Borne tient à clarifier:

"Ce que les Français peuvent constater, c’est qu’Éric Dupond-Moretti a obtenu la plus forte hausse du budget de la justice depuis vingt ans et des résultats concrets en matière d’effectifs et de délais de traitement des affaires, qu’il s’est pleinement mobilisé sur la justice de proximité".

Élisabeth Borne déclare avoir une bonne relation avec Emmanuel Macron qu'elle qualifie de "fluide et de solide". A ce propos, elle tient à rassurer quant à la politique qu'elle mènera:

"Ce qui me tient à cœur: concevoir des politiques publiques et agir dans le dialogue avec tous les acteurs, le plus possible en proximité avec les Français. Et pour cela : faire du gouvernement un collectif. J’aurai à cœur de l’animer ainsi". 876450610001_6306574619112

Ainsi elle met en avant ce qu'elle a fait depuis le début des années Macron, "J’ai porté des réformes et des politiques importantes pour mettre en œuvre son projet pendant ces cinq dernières années". Mission qu'elle compte bien continuer hors du ministère du travail.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles