"Je ne mange plus, j'ai beaucoup d'insomnies" : les consultations psychologiques des jeunes explosent

Anne-Laure Dagnet
·1 min de lecture

"Mes crises d'angoisse, en général, prennent la forme d'un étouffement, j'ai de plus en plus de mal à respirer, je ne suis plus capable de bouger ni de parler", décrit Maé, 21 ans. Cette étudiante en école de commerce vient une fois par semaine au relais étudiants lycéens, dans le 13e arrondissement de Paris. Un service de consultations psychologiques, qui voit augmenter le nombre de visites, en raison de l'épidémie de Covid-19 et de ses conséquences.

"Quand je suis dans la rue, j'ai un peu l'impression d'être dans un plan de film, au moment où on zoome sur les yeux de la personne et j'ai l'impression qu'il ne faut pas qu'on me touche, qu'il ne faut pas que je touche, explique la jeune femme. Je réfléchis et je me dis 'oh non, j'ai touché cette boite de riz et finalement je ne l'ai pas prise, est-ce que ça va avoir un impact plus tard ? Je vais le refiler [le virus] à quelqu'un, je n'ai pas envie d'être responsable de faire du mal aux gens'."

Un "saut considérable" de troubles dépressifs

Dominique Monchablon est à la tête du relais étudiants lycéens où Maé vient consulter. La psychiatre voit passer de plus en plus de jeunes : "Il y a une prévalence accrue de troubles anxieux, de troubles dépressifs et d'idées suicidaires, ça a été multiplié par deux, c'est un saut (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi