«Tu ne mérites pas de vivre» : Léo, victime de cyberharcèlement, a dû quitter son collège

C'est peut-être arrivé à votre enfant, votre neveu ou celui d'un ami. Le cyberharcèlement  : 20% des jeunes entre 8 et 18 ans en ont déjà été victimes. Des menaces, des insultes, du chantage en ligne décuplés par les réseaux sociaux . Léo devait faire sa rentrée en troisième dans un collège des Yvelines. Sauf que cet adolescent de quinze ans n'a plus mis les pieds à l'école depuis six mois. Léo est victime de harcèlement scolaire au collège et sur les réseaux sociaux . Un traumatisme que lui et sa maman ont raconté à Europe 1.

"Je pensais que c'était de ma faute..."

Le cyberharcèlement est parti d'un élément a priori anodin : Léo fait de la danse. "Sur un groupe WhatsApp qu'il avait avec sa classe, ils ont commencé à l'insulter", explique la mère de Léo. "Il y a eu les menaces de mort et des messages méchants. Moi, je ne voulais plus en entendre parler et je ne voulais plus les voir. Et j'avais honte aussi. Du coup, j'avais tout supprimé", se souvient Léo.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Si sa mère n'était pas au courant, elle a fini par l'apprendre grâce à l'aide d'une camarade de classe de l'adolescent. "C'est une copine de Léo qui s'est dit que ça allait beaucoup trop loin et qui m'a envoyée les captures d'écran. Et suite à ça, j'ai pris le téléphone de Léo et j'ai vu tous les messages." Des messages particulièrement violents où le garçon était menacé de mort. "'On arrêtera quand tu seras mort', 'tu ne mérites pa...


Lire la suite sur Europe1