"Ne laissez pas Maïa Mazaurette vous dire quoi faire !" : Mathieu Bock-Côté s'attaque à la chroniqueuse de TMC

L'éditorialiste québécois hors de lui. Hier soir, dans "Face à l'info" sur CNews, Mathieu Bock-Côté s'est élevé contre un article publié hier dans "Le Monde", écrit par Maïa Mazaurette, également chroniqueuse dans "Quotidien" sur TMC. Si le titre était aguicheur - "Comment peut-on être encore hétérosexuel ?" -, la chronique a sobrement abordé les différences entre les systèmes hétérosexuels et homosexuels, en se basant sur diverses études sur la satisfaction sexuelle. Par ailleurs, dans son article, elle a rappelé que "l'orientation ne se décidait pas" et qu'il ne fallait pas non plus se "débarrasser de l'hétérosexualité" : "Ce n'est absolument pas la position que défendent les penseurs dont j'ai cité les essais".

"Ils veulent nous dire quoi faire, comment faire, avec qui faire l'amour et qui désirer désormais"

Mais ce billet a provoqué la stupeur dans les rangs de CNews. "Guerre culturelle, guerre politique, guerre ouverte contre l'hétérosexualité. Pourquoi ? Est-elle marginale, cette guerre ?", a demandé Christine Kelly à l'éditorialiste phare de "Face à l'info". "On pourrait dire que c'est un propos marginal, mais on doit se rappeler que c'est un propos marginal qui est consacré par le quotidien pontifical qu'est 'Le Monde'. Il faut garder à l'esprit que le code nous est donné. On est dans un discours de normalisation", a répondu Mathieu Bock-Côté, accompagné d'un bandeau à l'écran : "S'attaquer à...

Lire la suite


À lire aussi

"C'est dégueulasse ! Je ne me laisserai pas faire !" : Ségolène Royal enrage contre Radio France et "Le Point"
"Désir : Ce que veulent les femmes" : Maïa Mazaurette arrive en prime time sur TMC ce soir
"Cessons de dire n'importe quoi" : beIN Sports recadre Marlène Schiappa sur la retransmission du handball féminin

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles