"Je ne laisserai pas salir la science" : Agacé, Olivier Véran répond aux critiques de Didier Raoult

Invité sur Europe 1 vendredi matin, le ministre de la Santé Olivier Véran a répondu aux accusations portées contre lui par le professeur Didier Raoult lors de son audition mercredi devant l’Assemblée nationale.

La tension monte encore d’un cran entre Olivier Véran et Didier Raoult. Le ministre de la Santé et le professeur marseillais sont depuis le début de la pandémie de coronavirus au cœur de l’actualité et ne cachent pas leurs idées opposées. Mercredi, Didier Raoult était auditionné devant l’Assemblée nationale par la commission d'enquête parlementaire. L’occasion pour lui de s’en prendre une nouvelle fois au ministre, à ses décisions et à ce qu’il considère comme un traitement injuste de son protocole à l’hydroxycholoroquine. D’après lui, certains détracteurs de ce médicament utilisé initialement contre le paludisme ou en rhumatologie, seraient aux ordres d’un lobby pharmaceutique et auraient des liens financiers avec le laboratoire Gilead, fabricant du remdesivir, lui-même utilisé dans la lutte contre le covid-19.

Lire aussi :Entretien exclusif avec Didier Raoult : "Je suis un renégat"

Sur Europe 1, Olivier Véran a formellement démenti ces accusations. «Je n’ai pas d’amitié particulière pour un laboratoire ou pour un autre. (…) Il n'y a eu aucune intention cachée ou directe d'aucun membre du Conseil scientifique pour nous pousser à prescrire quelque traitement que ce soit, y compris le remdesivir», a-t-il affirmé. «Je ne laisserai pas salir la science par tel ou tel au prétexte que l'on veut faire valoir ses arguments», a-t-il poursuivi sans citer le nom du professeur Raoult. «A l’heure où je vous parle, aucun médicament n’a reçu le blanc-seing des autorités sanitaires et aucun des médicaments qui peuvent avoir des liens d’intérêt et non pas des conflits d’intérêt n’est recommandé ou prescrit», a encore fait valoir le ministre. Il a d’ailleurs dit attendre «l’avis de la commission européenne, puis des agences(...)


Lire la suite sur Paris Match