"Je ne l'ai jamais cru": une proche de Cédric Jubillar témoigne

L'époux de Delphine Jubillar, Cédric Jubillar, suspecté du meurtre de son épouse disparue depuis décembre 2020, continue de clamer son innocence. Auprès de BFMTV, une de ses proches fait cependant part de ses doutes, présentant l'homme comme un "menteur".

Qui est vraiment Cédric Jubillar? En exclusivité, un membre de la famille Jubillar a accepté de se confier à BFMTV sous couvert d'anonymat. Elle raconte avoir eu des doutes sur la culpabilité de Cédric Jubillar dès la disparition de sa femme en décembre 2020. Au point de lui avoir posé directement la question lors d'un repas.

"Il était affalé sur le canapé, l'air malheureux. On lui a posé la question: 'lui as-tu fait du mal?'", raconte-t-elle. "Il nous a répondu: 'Non je ne lui ai jamais fait de mal. Tu crois quand même pas que j'ai été capable de faire ça?'"

"Il a ensuite expliqué qu'il l'avait surpris en train de prier, et que, peut-être, elle était partie dans une secte ou faire le jihad", poursuit-elle.

"Il est très menteur"

Dans ce témoignage, la proche de la famille Jubillar dresse le portrait d'un homme "très menteur", qui pourrait "vous "faire croire que des choses ne se sont jamais produites."

"Je ne l'ai pas cru. Je ne l'ai jamais cru", assure-t-elle aux équipes de Ligne Rouge.

Le mari de Delphine Jubillar, l'infirmière disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines, dans le Tarn, doit être convoqué devant deux juges saisies du dossier le 12 mai prochain. Principal suspect dans le dossier et placé en détention depuis juin 2021, il nie toujours être impliqué dans la disparition de sa compagne. Toutes ses demandes de mise en liberté ont été rejetées.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - L’affaire John List, le Dupont de Ligonnès américain ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles