"Ne me hurlez pas dessus" : Léa Salamé essaie de calmer un Jean-Luc Mélenchon à cran

Habituée à recevoir à Jean-Luc Mélenchon - sur le plateau tv d'On est en direct ou d'Elysée 2022 sur France 2 ou à la radio -, Léa Salamé sait qu'elle ne sera pas ménagée par l'homme politique et ancien candidat à la présidentielle. Ce 7 juin 2022 lors de la matinale de France Inter qu'elle coanime avec Nicolas Demorand, la journaliste a eu fort à faire avec son invité Insoumis.

Les sujets étaient nombreux pour Jean-Luc Mélenchon lors de son interview radiophonique sur France Inter. Tout d'abord sa réaction sur le drame qui s'est produit samedi 4 juin : le contrôle au cours duquel un conducteur a été grièvement blessé et une passagère tuée par des tirs policiers. Sur Twitter, le chef de file des Insoumis avait dénoncé "une police (qui) tue", coupable d'appliquer "la peine de mort pour un refus d'obtempérer" et exerçant "un abus de pouvoir inacceptable". Sur les ondes de France Inter, il a assumé ses propos polémiques qui vont lui valoir une plainte du syndicat de police Alliance.

Pour autant, ce n'est pas cette question qui va faire sortir de ses gonds le député des Bouches-du-Rhône qui n'est pas candidat à sa succession (ce sera Manuel Bompard) mais vise le poste de Premier ministre. En effet, quand il est interrogé sur le manque d'intérêt de la population française pour les législatives qui se tiendront les 12 et 19 juin prochain, il décrit la stratégie du pouvoir d'"anesthésie...

Lire la suite


À lire aussi

Anne-Elisabeth Lemoine se fait hurler dessus : le tournage de "C à Vous" perturbé par un voisin colérique
Kim Kardashian recalée du Jubilé de la reine Elizabeth ? Elle "essayait d'acquérir des billets par tous les moyens"
Shy'm maman : son jeune fils lui grimpe dessus, adorable câlin dans l'herbe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles