"On ne fait pas le deuil de son enfant, on vit avec": les parents de Grégory Lemarchal se confient

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Gregory Lemarchal s'est éteint le 30 avril 2007 -  - Virginie Lefour -Belga - AFP
Gregory Lemarchal s'est éteint le 30 avril 2007 - - Virginie Lefour -Belga - AFP

876450610001_6305431298112

Grégory Lemarchal n'avait que 23 ans lorsqu'il a été emporté par la mucoviscidose le 30 avril 2007. Quinze ans après cette perte, les parents du chanteur, Laurence et Pierre Lemarchal, continuent d'écrire l'histoire de leur fils en se battant avec force contre la maladie qui lui a coûté la vie.

"C'est inhumain de perdre un enfant. On ne fait jamais le deuil, on vit avec. Le deuil c'est en dehors de notre vocabulaire", confie avec émotion Pierre Lemarchal invité ce samedi sur RTL.

Venir en aide aux autres malades

Depuis la mort de leur fils, la famille du gagnant de la Star Academy 4 a fondé l'association Grégory Lemarchal qui vient en aide aux personnes atteintes de la mucoviscidose. Cette maladie génétique non-contagieuse est la plus fréquente en France et en Europe. Elle est incurable et touche environ 7000 patients.

"C'est notre vie, maintenant, de s'occuper des autres à travers ce qu'a représenté Gregory dans la communauté des personnes atteintes de cette maladie", ajoute Laurence Lemarchal au micro de RTL.

Grâce au combat de longue haleine de l'association, la Maison Grégory Lemarchal a ouvert ses portes en mars dernier à Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine. Cet espace, financé à l'aide des dons faits à l'association, a pour but d'accompagner les personnes atteintes de mucoviscidose dans la réalisation de leurs rêves et leurs projets de vie à l'aide, entre autres, d'art-thérapie, de chant, de théâtre, de soins esthétiques...

"On n'est pas des chercheurs, on n'a pas la baguette magique pour trouver un remède à cette maladie mais en revanche, ce que l'on peut faire c'est améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes", assure Laurence Lemarchal.

Les parents de Grégory voient aussi de l'espoir dans la recherche contre la maladie. Si aucun traitement n'a à ce jour été développé pour soigner la mucoviscidose, "les progrès dans la science laissent entrevoir un espoir que l'on a jamais eu auparavant" affirme Laurence Lemarchal. "Mais on n'est pas encore au bout du chemin."

Une nouvelle vie de grands-parents

Malgré la douleur de la perte de leur enfant toujours présente au quotidien, Pierre et Laurence Lemarchal tentent d'aller de l'avant. Leur fille Leslie (petite sœur de Grégory) est désormais maman de deux enfants, Paul (4 ans) et Jeanne (7 mois). Ces deux arrivées ont marqué un véritable tournant dans la vie de la famille.

"Depuis la naissance de mon petit-fils Paul, on célèbre à nouveau Noël, ce qu'on ne faisait plus depuis dix ans, depuis la mort de Greg. Je ne supportais plus les fêtes de famille, je n'allais ni aux mariages ni aux anniversaires. Je n'y arrivais plus", confie Laurence Lemarchal dans un entretien pour le magazine Gala.

Leslie Lemarchal n'avait que 19 ans lorsque son frère a disparu. Aujourd'hui âgée de 34 ans, elle vit pleinement sa vie de mère mais n'oublie jamais Grégory. Elle confie à Gala qu'elle a même déjà parlé de la maladie son frère à son fils Paul.

"C'est lui qui m'en a parlé la première fois, pendant le confinement. Il avait 2 ans. Il m'a demandé 'Pourquoi je ne pourrais pas le voir Gregory'? Je lui ai expliqué qu'il était décédé et qu'il avait eu une maladie", indique la jeune femme.

Et de conclure: "Je veux que mes enfants grandissent avec une bonne dose d'optimisme. Maintenant, je passe des chansons de Greg avec mon fils. C'est fort en émotion".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles