• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Ne pas faire campagne sous Lexomil": pour l'entre-deux tours, la majorité se veut plus énergique

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La cheffe du gouvernement français Elisabeth Borne en visio-conférence avec les candidats de la majorité présidentielle aux élections législatives, le 13 juin 2022 à Condé-sur-Vire (Calvados), nord de la France
 - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP
La cheffe du gouvernement français Elisabeth Borne en visio-conférence avec les candidats de la majorité présidentielle aux élections législatives, le 13 juin 2022 à Condé-sur-Vire (Calvados), nord de la France - Sameer Al-DOUMY © 2019 AFP

Pilonner la Nupes pour se dégager une majorité absolue à l'Assemblée nationale le 19 juin. L'espoir caressé par les troupes présidentielles ne se fera pas sans mener l'offensive à quelques jours du scrutin. Accusés par l'opposition d'avoir mené un début de campagne inexistant, les marcheurs et leurs alliés ont tenté de mobiliser les troupes ce mardi matin, au quartier général de LaREM, dans le 8e arrondissement de Paris.

"Il ne faut pas qu'on fasse une campagne sous Lexomil alors que les autres sont sous LSD", a conseillé Richard Ferrand, en visio depuis sa circonscription, lors d'un petit déjeuner largement consacré aux législatives .

Parmi les grosses têtes d'affiche présentes autour de la table: Élisabeth Borne, Stanislas Guérini, Édouard Philippe, Olivier Dussopt, Olivier Véran, Olivia Grégoire, Jean-Noël Barrot pour le MoDem, Frank Riester ou encore Olivier Becht pour Agir.

"Message plus enjoué"

Dans le même esprit que le président de l'Assemblée nationale, Édouard Philippe a exhorté à faire passer "un message plus enjoué".

"Jean-Luc Mélenchon a fait un coup marketing avec une certaine forme de romantisme", a constaté l'ancien Premier ministre avant de relever que la droite s'est effondrée dans bon nombre de territoires.

Selon plusieurs participants à cette réunion, la Première ministre Élisabeth Borne a rappelé la consigne à suivre en cas de duels RN-Nupes: "Nous appelons à un front républicain, pour peu que ce soit encore des républicains en face".

Objectif: décrédibiliser la Nupes

Durant cet entre-deux tours, la Macronie s'est fixée pour objectif de pilonner le programme de la Nupes, jugé irréaliste face au projet présenté comme plus concret des macronistes.

"Il faut mettre en exergue les dangers du programme de Jean-Luc Mélenchon", rapporte un cadre. "Derrière c'est le programme de LFI, ce qui serait néfaste pour le pays" ajoute-t-il.

"La Nupes c'est plus d'impôts et une écologie décroissante", a encore martelé Elisabeth Borne. "Nous, c'est l'alliance des complémentaires, les autres c'est l'alliance des contraires", a renchéri Christophe Castaner, en visio depuis sa circonscription.

Dès le lendemain du premier tour, sur franceinfo, la tête de file des Marcheurs à l'Assemblée avait ciblé le programme économique "ni chiffré ni réaliste", d'après lui, de ses opposants.

Sur Twitter lundi, la Première ministre a tenu à communiquer sur la mobilisation de ses troupes et du gouvernement en partageant une photo d'une réunion avec les candidats.

Selon nos informations, dans cette même lancée qui se veut ultra-dynamique, une grosse opération de mobilisation est prévue mercredi dans le camp de la majorité. Un maximum de candidats devraient tenir une réunion publique. Nom de code: "Avec vous, tous mobilisés".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles