"Ne donnez plus au Téléthon" : l'étonnante vidéo d’une myopathe

Arnaud Gonzague

Pascaline Wittkowski, atteinte de dystrophie musculaire, refuse que des expérimentations soient pratiquées sur des animaux. Elle réclame d’autres méthodes.

"Si vous voulez vraiment aider les malades, ne donnez plus au Téléthon."

Cette phrase ne barre pas la une du dernier "Charlie Hebdo" : c'est un appel tout à fait sérieux lancé par Pascaline Wittkowski ce jeudi 7 décembre, la veille de l’édition 2018 du Téléthon. Et si la parole de cette quinquagénaire habitant Le Havre est investie d’un poids particulier, c’est que Pascaline Wittkowski n’est pas une citoyenne comme les autres.

Atteinte depuis quarante ans d’une dystrophie musculaire, l’un des maux contre lequel le Téléthon récolte justement des fonds, elle se déplace en fauteuil roulant et n’a aucune autonomie des membres supérieurs.

Dans une vidéo rendue publique par l’association de défense des animaux Peta France, elle dépeint les deux sentiments qui l'a poussée à s’exprimer : la désillusion, parce qu’aucun traitement majeur contre la myopathie n’a été mis au point après des décennies de recherches scientifiques ; la colère, parce que des millions d’animaux ont subi de la vivisection dans les laboratoires. "Pour rien" :

"Tant de recherches, aucune guérison. Pourquoi ? Tout simplement parce que je ne suis pas un chien."

Ainsi, explique-t-elle, toutes les recherches de traitements contre la myopathie sont fondées sur des expérimentations pratiquées sur des chiens, des souris, des singes… Autant de créatures physiologiquement trop éloignés de l’humain pour donner des résultats concluants.

"Insoutenable massacre"

Voilà ce qui expliquerait, dit-elle à "l’Obs", que les avancées scientifiques sur la myopathie soient "un gâchis de temps, d’argent et d’espoir" pour les donateurs, les scientifiques (...) Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages