"Nous ne croyons pas Poutine": les premières réactions d'Ukrainiens au cessez-le-feu russe

Alina, une habitante de Kiev, le 5 janvier 2023 sur BFMTV - BFMTV
Alina, une habitante de Kiev, le 5 janvier 2023 sur BFMTV - BFMTV

"Ce n’est pas une fois dans l’année qu’on doit avoir la paix sans tuer les gens", a clamé sur BFMTV ce jeudi Ievgeni Lutsenko, un habitant de Kharkiv quelques minutes après l'annonce du président russe.

Vladimir Poutine a ordonné jeudi à ses forces d'appliquer un cessez-le-feu en Ukraine les 6 et 7 janvier à l'occasion du Noël orthodoxe, après une demande en ce sens du patriarche Kirill, a indiqué le Kremlin.

"Compte tenu de l'appel de Sa Sainteté le patriarche Kirill, j'instruis le ministre russe de la Défense d'introduire un régime de cessez-le-feu sur toute la ligne de contact entre les parties en Ukraine à partir de 12h le 6 janvier de cette année jusqu'à 24h le 7 janvier", a-t-il indiqué dans le communiqué du Kremlin.

36 heures d'"absurdité"

En Ukraine, cette paix momentanée est très mal accueillie, tant les habitants sont méfiants envers le maître du Kremlin depuis le début de l'invasion russe sur le sol ukrainien.

"On ne croit pas un seul mot" de ce qui a été prononcé, a confié sur notre antenne Alina, une habitante de Kiev. Elle rejoint donc Ievgeni Lutsenko: "Nous ne croyons pas Poutine [...] c'est une manipulation, une farce."

"On va arrêter de nous tuer pour quelques heures et recommencer ensuite", a déploré Alina.

Selon la jeune femme, qui n'est pas pratiquante, les Ukrainiens ne devraient pas se rassembler dans les églises pour fêter le Noël orthodoxe. Elle a affirmé: "Avec les alertes aériennes, la meilleure chose à faire, c’est de partir à l’abri."

Toutefois, dans le cas où les troupes de Vladimir Poutine respectaient vraiment leur engagement, "ça serait super", a considéré l'habitant de Kharviv, même si "cette guerre devrait être arrêtée sans pause".

Article original publié sur BFMTV.com