"Je ne crois pas que c'était mieux avant": la mise au point de Michel Sardou

Féminisme, écologie, réforme des retraites... Invité de BFMTV ce mercredi, le chanteur a pris la parole sur différents sujets de société.

"Ce n'est pas un siècle que j'apprécie". Invité ce mercredi de BFMTV, Michel Sardou persiste et signe: l'époque actuelle lui convient peu. Pour autant, le chanteur rejette l'image un brin réactionnaire qui lui colle à la peau depuis une interview accordée à RTL en 2019:

"Je hais cette époque", avait-il déclaré. "On n'a plus aucune liberté. Rappelez-vous les années 70-80: on fumait, on faisait l'amour, on roulait vite, on pouvait boire, le théâtre marchait, les affaires marchaient... Maintenant tout est des réseaux sociaux ridicules (...)."

Des propos qu'il nuance aujourd'hui. "Tout le monde dit que c'était mieux avant... mais ce n'était pas mieux avant: il y avait des grèves, la guerre, des tas de problèmes politiques, des tas de partis qui se mettaient sur la gueule…", explique-t-il.

"Ce que l'on regrette, en fait, c’est notre jeunesse", analyse-t-il. "Ce que l'on regrette c’est qu’on avait 20 ans. Tout ça passait comme un mauvais nuage, ça disparaissait. Tandis qu’aujourd'hui, le mec de 20 ans, il a des barrières." Et de conclure en affirmant qu'il n'est "pas du tout" nostalgique: "Je ne crois pas que c'était mieux dans les années 1960."

Ni misogyne, ni féministe

Michel Sardou a souvent été pointé du doigt pour une rime, en particulier, qu'il chante dans son titre Les villes de solitude sorti en 1973: "J'ai envie de violer les femmes / de les forcer à m'aimer". "Toutes les féministes dingues disaient que je proposais de violer les femmes; je n'ai jamais dit ça!", se défend-il. "C'est un pauvre con qui se dit ça dans sa tour de banlieue! Il y a toujours eu ce malentendu".

"Je n'ai jamais été misogyne, je ne suis pas féministe non plus. Les féministes m'emmerdent. MeToo par exemple, c'est dangereux."

"La brutalité est intolérable, (mais) le tribunal médiatique, ça me déplaît un peu. Maintenant, que les femmes se défendent, aient les mêmes droits que les hommes, puissent marcher librement sans se faire mettre la main au cul, oui!"

La réforme des retraites a été "mal expliquée"

Le chanteur a également exposé son point de vue sur d'autres sujets d'actualité, notamment l'écologie: "Je pense que tout le monde est écolo. On n’a pas envie de pourrir le monde, de voir ces horreurs (...) mais d’un autre côté, je n'en fais pas une arme d’attaque. J’aime l’écologie, mais je n'aime pas l’écologie politique."

Enfin, il s'est exprimé sur la très controversée réforme des retraites, et sur la grogne qu'elle génère: "Je crois que cette manifestation existe parce que les choses sont été mal expliquées dès le départ (...) on n'a rien compris (...) il y a tellement d'exceptions, de cas particuliers qu'on ne comprend plus rien."

"Je suis un peu contre cette manifestation", conclut-il. "Non pas sur le fond, parce que je pense qu’il y a eu incompréhension entre peuple français et gouvernement français. Mais je suis contre le fait de paralyser la France (...) Paralyser la France en ce moment après avoir subi le Covid, les Gilets jaunes..."

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO-GALA VIDEO - Michel Sardou dézingue Sandrine Rousseau : “Il faut organiser une marche pour son mari”