"Ce n'est pas un concours de beauté" : cette petite phrase cinglante d’un conseiller d’Emmanuel Macron

Depuis le 11 mai, s'opère une nouvelle phase de la crise sanitaire en France : le déconfinement. Une période stratégique pour l'Etat, plus que jamais sous pression pour réussir cette étape. Car, au cours des dernières semaines, l'exécutif a été malmené dans l'opinion, éclaboussé par les polémiques sur les masques ou encore les tests de dépistage. Surtout, les comparaisons avec les autres pays européens, et notamment l'Allemagne, se sont multipliées. La France fait en effet partie des Etats les plus touchés du continent, avec près de 140 000 cas de Covid-19 déclarés et plus de 26 000 décès comptabilisés. Reste que du côté de l'Elysée, cette tendance à l'auto-dénigrement agace de plus en plus, comme le raconte Le Figaro, ce 11 mai.

"Nous ne sommes pas dans un concours de beauté avec nos voisins pour savoir qui est le meilleur", balaie un conseiller d’Emmanuel Macron, auprès de nos confrères. Avant de poursuivre : "Les Français sont pessimistes, ils ont toujours été comme ça. Pourtant, nous avons gagné la bataille de l’admission à l’hôpital, nous avons réussi une prouesse logistique en transportant des patients sur tout le territoire national et à l’étranger, nous avons décuplé nos capacités de production de masques…"

Le déconfinement : une phase importante pour l'exécutif

Si la phase de déconfinement est porteuse d'espoir pour la population, qui retrouve une partie de sa liberté, elle l'est également pour l'exécutif. Car jusqu'ici, le jugement envers Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe

Retrouvez cet article sur GALA

Charlene de Monaco, discrète mais engagée : les Monégasques touchés par une initiative
VIDEO - Olivier Véran tape du poing sur la table : cette demande d'Anne Hidalgo à laquelle il ne cédera pas
Torture, manipulation, police sexuelle… La famille royale d’Arabie Saoudite lourdement accablée
VIDEO - Michel Cymes calme le jeu avec Didier Raoult : "Je n'ai rien contre lui"
Jean-Michel Blanquer persiste et signe : il "assume totalement" sa sortie décriée