"Ils ne comprenaient pas ce qu'ils faisaient" : l'ingénieur en chef de Tchernobyl revient sur l'amateurisme de l'armée russe

·3 min de lecture

Valéry Semenov raconte comment les hommes de Vladimir Poutine sont arrivés sur le site avec des connaissances complètement obsolètes. S'il ne leur avait pas tenu tête, des risques énormes de radiations auraient été pris.

Jeudi 31 mars, l'agence d'État ukrainienne Energoatom, en charge de la gestion de la zone de la centrale de Tchernobyl, tristement célèbre pour la catastrophe consécutive à son explosion en 1986, affirmait que les troupes russes avaient déserté la centrale qu'ils occupaient depuis le début de l'invasion de l'Ukraine le 24 février.

Depuis, de nombreux éléments détaillant le comportement des forces de Vladimir Poutine sur place ont fuité. Interrogé sur BFMTV le 1er avril, Petro Kotin, patron d'Energoatom, la compagnie en charge des centrales nucléaires ukrainiennes, racontait ainsi que les Russes "ne comprenaient pas ce qu'ils faisaient, ni où ils étaient véritablement".

Selon lui, les occupants auraient quitté la zone après avoir reçu des doses significatives de radiations. Une version aujourd'hui confirmée par l'ingénieur en chef de la centrale nucléaire de Tchernobyl, Valéry Semenov.

Amateurisme de l'armée russe

Alors que l'armée russe est restée 35 jours dans la zone de la centrale, pendant cette période, Valéry Semenov a joué un rôle déterminant pour la sécurité de tous. Il raconte sur BFMTV comment les soldats russes sont arrivés avec des connaissances complètement obsolètes et des vieilles cartes de l'ère soviétique sur la centrale de Tchernobyl.

Sans lui, il y aurait eu des énormes risques de radiations. Retenu en captivité tout le temps du siège russe, il a pu échanger avec les militaires ennemis. Il se souvient:

"Dès les premières heures nous leur avons fait comprendre que ça n’était pas un lieu comme les autres. Que le site avait des fonctions particulières. Qu’il avait subi un accident important", raconte-t-il.

Aujourd’hui en convalescence à Kiev, il explique que l’armée russe a fait preuve d’un amateurisme sans précédent.

"Ils nous ont écoutés, mais soit leurs qualifications n’étaient pas suffisantes, soit ils étaient trop persuadés d'avoir raison. Une simple recherche internet permet de trouver la centrale nucléaire et le niveau de la radioactivité autour", poursuit-il.

Une évacuation après des doses significatives de radiations

Tout au long de cette prise d’otage, Valéry Semenov a réussi à empêcher les Russes d’entrer dans la pièce de commandement spéciale, évitant une nouvelle catastrophe. Pour autant, il explique que certains militaires ont pris le risque d'utiliser des véhicules jusqu’ici abandonnés.

"Ces blindés et ces camions ont été utilisés pour participer à la liquidation des lieux après la catastrophe. Ceux qui ont pris le volant ont par conséquent de grandes doses de radioactivité en eux", explique-t-il.

Des radiations qui auraient poussé les Russes à quitter la zone selon lui. Sur BFMTV début avril, Petro Kotin évoquait également cette possibilité après la découverte de tranchées creusées dans la forêt contaminée de Tchernobyl.

Le risque est d'ailleurs tel, que Valéry Semenov reste aujourd'hui en observation à Kiev, et depuis la fin de sa captivité.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Le patron ukrainien de l'énergie nucléaire évoque "des taches de radiation" inhabituelles à Tchernobyl

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles