"Je ne suis pas complotiste, je suis questionniste" : pourquoi des "gilets jaunes" tournent le dos aux médias

Benjamin Illy, franceinfo
Selon la Fondation Jean-Jaurès, les "gilets jaunes" sont deux fois plus nombreux que la moyenne à penser que l'attentat de Strasbourg est une manipulation du gouvernement. Des réactions que franceinfo a vérifiées à Paris lors de la mobilisation du 9 février.

"Pas franceinfo, pas tous ces médias... Je suis mon propre média", lance devant un micro, une participante à la manifestation des "gilets jaunes" à Paris, samedi 9 février.

>> Sondage. Les gilets jaunes sont deux fois plus nombreux que la moyenne à croire que l'attentat de Strasbourg est une manipulation du gouvernement

"Il y a Brut, tous ces indépendants", explique Sarah, 41 ans, originaire de Colombes (Hauts-de-Seine). "Après, il y a le live des gens", ajoute cette mère au foyer. Elle dit savoir que circulent des théories du complot autour de l'attentat de Strasbourg. Qu'en pense-t-elle ? "On peut se questionner. Moi, je ne suis pas complotiste, je suis questionniste. C'est tout, réagit-elle. Pour discréditer un mouvement, le gouvernement peut être capable de tout, pourtant il y a eu des victimes et tout. C'est vrai qu'elles n'ont pas été honorées, ces victimes." On lui rappelle que le président de la République s'est rendu à Strasbourg, s'est recueilli. "Il y a des choses bizarres", réplique-t-elle.

Une autre manifestante dit ne pas croire les journalistes sur la comptabilité des participants au mouvement, né en novembre dernier "parce que quand vous faites le total de tout ce que nous, on voit sur Facebook, on en est loin quand même". Le réseau social est-il une référence à ses yeux ? "Je ne dis pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi