NBA: Boston est dur au mal

Les Celtics ont enchaîné un neuvième succès de rang à Toronto (106-104), mais ont perdu en route Marcus Smart et Robert Williams III, samedi en NBA, où leurs nouveaux dauphins, les Sixers ont aussi poursuivi leur bonne série à Sacramento (129-127).

Leader incontesté à l'Est, Boston ne lâche décidément rien. Ni l'absence du leader Jayson Tatum, touché au poignet gauche, ni les sorties sur blessures en première période de Smart, qui s'est tordu la cheville, et de Williams III, victime d'une hyper-extension du genou gauche après un contact involontaire avec un coéquipier, ne l'ont résigné à céder chez des Raptors (11e) qui ont compté 11 unités d'avance au 3e quart-temps.

"Cela en dit long sur notre équipe", a commenté l'entraîneur Joe Mazzulla. "Au début du match, on pouvait sentir que nous n'avions tout simplement pas de gaz. Mais nous n'avons jamais vacillé et nous avons continué à bien jouer. Les gars ont fait un excellent travail pour gérer le match."

En effet, ses Celtics, qui restaient sur un succès arraché après prolongation aux dépens de Golden State, en guise de petite revanche sept mois après la finale perdue face aux Warriors (4-2), ont pu compter sur l'apport habituel de Jaylen Brown (27 pts) et sur Grant Williams, qui a lui battu son record personnel (25 pts).

- Mobley s'élève -

Dans leur sillage, les remplaçants Malcolm Brogdon ont également grandement apporté, à l'image de Malcolm Brogdon (23 pts) et de Payton Pritchard, qui a mis ses 12 pions dans le dernier quart-temps, dont le panier décisif derrière l'arc à 1.30 min du terme.

Quant au "vieux guerrier" Al Horford, il a préservé l'avance des siens, dans les 20 dernière secondes, avec un contre et une interception sur Pascal Siakam, qui s'est pourtant démené (29 pts, 10 passes, 9 rbds) tout le match.

L'ailier Evan Mobley, auteur de 38 points (9 rbds), dont 14 dans le dernier quart-temps, a lui été prépondérant à la victoire (114-102) des Cavs aux dépens des Bucks, une nouvelle fois privés de Giannis Antetokounmpo et Khris Middleton, aux genoux douloureux.

Cleveland (5e) aussi avait une star absente, Donovan Mitchell souffrant de l'aine gauche, mais Darius Garland (21 pts, 10 passes) a été présent dans les lignes arrières.

En face, Jrue Holiday, encore performant dans son nouveau rôle de leader offensif (28 pts, 10 passes) n'a néanmoins pas pesé assez en fin de match pour éviter la défaite à Milwaukee, qui glisse à la 3e place après le cinquième succès consécutif arraché par Philadelphie à Sacramento.

- 44 points pour Edwards -

Les Sixers, qui ont pourtant dû faire sans Joel Embiid (pied) ni James Harden (ménagé), se sont appuyés sur Tyrese Maxey (32 pts).

Désastre mode d'emploi: les Hawks (8e), qui restaient sur cinq succès, ont vu leur série vertueuse s'arrêter sans gloire sur leur parquet, battus par les mal-classés Hornets (122-118), en ayant dilapidé 19 longueurs d'avance en seconde période.

Et c'est Terry Rozier (34 pts), de sang froid pour inscrire cinq lancers francs dans la dernière seconde (!), qui a sanctionné l'invraisemblable laisser-aller d'Atlanta.

Il en a mis d'abord trois, consécutifs à une faute sur sa tentative derrière l'arc. Trae Young (25 pts) n'a ensuite pas su faire la remise en jeu durant les cinq secondes imparties et la balle a été rendue à Charlotte. Sur quoi John Collins a fait faute sur Rozier, qui n'a pas tremblé pour ajouter ses deux lancers à 1/10e de seconde.

A l'Ouest, Minnesota (6e), encore privé de Rudy Gobert (aine droite), a attendu la seconde période pour infliger à Houston sa 13e défaite d'affilée (113-104), grâce à Anthony Edwards, auteur de 44 points grâce notamment à huit banderilles derrière l'arc.

Phoenix (10e) redresse doucement la tête avec une deuxième victoire d'affilée (112-107) contre Indiana, toujours 9e à l'Est, après ce septième revers consécutif.

nip/lpa