"Vous n'avez jamais vécu dans la misère" : la charge du boulanger Stéphane Ravacley contre son opposant Ensemble

Lors d'un débat ce mercredi, le ton est brièvement monté entre Stéphane Ravacley (Nupes) et Éric Alauzet (Ensemble), tous deux candidats au second tour des élections législatives dans la 2e circonscription du Doubs.

Dernière ligne droite avant le second tour des élections législatives ce dimanche 19 juin. Dans la 2e circonscription du Doubs, le député sortant Ensemble Eric Alauzet sera face à Stéphane Ravacley, boulanger et candidat Nupes. Ce dernier s'est vivement opposé au représentant de la majorité présidentielle ce mercredi lors d'un débat organisé par France 3 Franche-Comté.

Interrogé sur la lutte contre le réchauffement climatique, Stéphane Ravacley a plaidé pour la rénovation énergétique d'un maximum de logements.

"Je sais ce que c'est, que de payer plus d'électricité que de bouffe"

"Je sais ce que c'est que d'habiter dans une passoire thermique. Je ne pense pas que vous avez vécu ça, Monsieur. À 20 ans, j'ai vécu ça. Je sais ce que c'est, que de payer plus d'électricité que de bouffe. Excusez-moi du terme, mais c'est le cas", a-t-il avancé.

"Moi je sais, mais pas vous. Vous n'avez jamais vécu dans la misère. Moi je l'ai vécu et je sais ce que vivent les gens qui ne peuvent pas rénover, qui sont locataires et qui ont un propriétaire qui ne fait rien", a lancé le candidat de la Nupes.

"Il faut une aide d'État pour rénover toutes les habitations possibles. Et il faut une vraie politique. Vous ne l'avez pas eue", tacle Stéphane Ravacley.

"Je trouve ça assez méprisant"

"La façon que vous avez de vous approprier le peuple, que vous seul seriez représentant du peuple, je trouve ça assez méprisant", a répondu Éric Alauzet, plaidant pour une coopération à l'international sur les questions climatiques et défendant le bilan d'Emmanuel Macron.

"Dans mon métier de médecin comme mon métier de député, je vois des gens modestes de toutes catégories que j'aide sur leur logement ou sur leur emploi. Ne vous appropriez pas le peuple", a répliqué le député Ensemble.

"Je ne m'approprie pas [le peuple] : c'est ma vie. Je l'ai vécu, Monsieur", glisse enfin Stéphane Ravacley, avant que le journaliste animant le débat ne clore l'échange.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - L'ONU : la guerre en Ukraine menace de déclencher une vague sans précédent de faim et de misère

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles