Navalny retourne en Russie, malgré les menaces du Kremlin

·2 min de lecture

Le principal opposant de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny, s'apprête à retourner en Russie après avoir passé plusieurs mois en Allemagne. Il y était soigné d'un empoisonnement présumé qu'il impute au Kremlin. Alexeï Navalny appelle ses partisans à venir l'accueillir, mais Moscou prévient qu'il pourrait être arrêté.

L'opposant russe Alexeï Navalny doit revenir à Moscou dimanche après plusieurs mois de convalescence en Allemagne où il se remettait d'un empoisonnement présumé, un retour en dépit des menaces d'arrestation quasi-immédiate brandies par la justice russe. Depuis que le pire ennemi de Vladimir Poutine a annoncé mercredi son intention de rentrer, les services pénitentiaires russes (FSIN) l'ont mis en garde et assuré qu'ils seraient "obligés" de l'arrêter pour avoir violé les conditions d'une peine de prison avec sursis reçue en 2014.

>> LIRE AUSSI -Des médias pointent le FSB dans l'empoisonnement de Navalny

Moscou nie tout empoisonnement

Alexeï Navalny, 44 ans, a balayé ces manœuvres visant selon lui à "l'effrayer" et appelé au contraire ses partisans à venir l'accueillir à l'aéroport moscovite de Vnoukovo, où son avion doit atterrir à 19h20.

Le chef de file de l'opposition russe était subitement tombé dans le coma en août, alors qu'il revenait d'un voyage en Sibérie. D'abord hospitalisé à Omsk, une grande ville de la région, il avait finalement été évacué vers un hôpital berlinois sous la pression de ses proches.

Trois laboratoires européens ont depuis conclu que l'opposant avait été empoisonné par un agent innervant de type Novitchok, développé à l'époque soviétique, conclusion confirmée par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) malgré les dénégations de Moscou. L'opposant accuse les services spéciaux russes (FSB) d'avoir tenté de l'assassiner sur (...)

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :