«On n'avait pas besoin de ça» : les campings et hôtels de Gironde dépités face aux incendies

Les chiffres sont vertigineux. En une semaine, 19.000 hectares sont partis en fumée en Gironde, comme si Paris et Bordeaux étaient rayées de la carte. Un homme a été placé lundi en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'incendie de Landiras. Au total, 32.000 personnes ont été évacuées. Un coup dur pour les hôteliers et campings de La Teste-de-Buch : les touristes partent, et ceux qui devaient arriver annulent. La saison est donc fichue.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Des annulations en cascade

Dans ce village vacances, le téléphone n'arrête pas de sonner. Michel, le patron, doit gérer les annulations à la chaîne. "Il y a des annulations, des gens qui souhaitent s'en aller... On les comprend, ils ont envie d'aller voir ailleurs. Ils veulent être dans un endroit où ça va être calme", admet le gérant. "Ils ne veulent pas prendre le risque, c'est compréhensible. De toute façon, ça ne va pas être bon. On n'avait pas besoin de ça", se désole-t-il au micro d'Europe 1.

À quelques kilomètres d'ici, un camping deux étoiles est quasiment désert, au grand dam de Sabine, la gérante. Au début de la saison, "c'était bien reparti, on avait beaucoup d'étrangers, on avait le temps, on avait les étrangers, on avait vraiment ce qu'on n'avait plus depuis deux ans", insiste-t-elle. "Là, plus personne ne vient, ce qui paraît complètement évident puisqu'on ne peut plus rien faire : ils ne peuvent plus aller se balader, beaucoup de ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles