Naufrage de migrants, smic à 1400 euros… Les moments forts de Jean-Luc Mélenchon "face à BFM"

·5 min de lecture
Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon

Pendant plus de deux heures, Jean-Luc Mélenchon a été "face à BFM". Pouvoir d'achat, nucléaire, lutte contre le Covid-19... Le candidat insoumis à la présidentielle a répondu aux questions de nos journalistes sur de multiples sujets. Voici ses principales déclarations.

• Le pass sanitaire donne "une illusion de sécurité"

Le candidat a refusé de se prononcer pour ou contre le pass sanitaire, dont le gouvernement a annoncé le renforcement pour lutter contre la cinquième vague. "C’est binaire", a-t-il répliqué. Pour le député des Bouches-du-Rhône, le dispositif donne ’"une illusion de sécurité" face au Covid-19:

"Les gens pensent que parce qu'ils ont le pass, c'est fini. Plus besoin de masque, plus besoin de gel, plus besoin de gestes barrières."

Le candidat insoumis a plutôt préconisé un étalement des horaires de travail ou la mise en place d'un roulement des élèves à l'école pour limiter les brassages, l'installation "d'épurateurs d'air", ou un moratoire sur la fermeture des lits d'hôpitaux.

Il a également réitéré sa demande de rétablir la gratuité des tests pour les non-vaccinés. "Il faut que tout le monde puisse être testé avant les fêtes de fin d'année", a-t-il déclaré, considérant qu'il s'agissait d'"une mesure d'urgence".

• Un appel à "aider" les migrants "à traverser" la Manche

Interrogé sur le sort des migrants dans la Manche, au lendemain du naufrage d'une embarcation qui a fait 27 morts au large de Calais, Jean-Luc Mélenchon a préconisé la mise en place d'un "couloir humanitaire" entre la France et l'Angleterre, avec un système de transports organisés.

"On aidera les gens à traverser", a encore affirmé le candidat, proposant la mise en place de "ferries" pour aider les migrants à rejoindre l'Angleterre. "Nous n'avons pas vocation à être les garde-barrières de l'Angleterre", s'est-il indigné, dénonçant les accords du Touquet qui placent la frontière entre les deux pays du côté de la France.

• Le smic à 1400 euros, "ça les vaut"

Pour améliorer le pouvoir d’achat des Français modestes, Jean-Luc Mélenchon a défendu sa proposition d'augmenter le smic à 1400 euros. "Ça coûte un peu plus cher, mais ça les vaut!", s’est-il justifié face à notre journaliste économique Emmanuel Lechypre.

Celui qui défend une répartition des richesses plus équitable a expliqué vouloir a contrario imposer davantage ceux qui sont rémunérés plus de 4000 euros. Il a promis qu'il "rétablirait l'impôt sur la fortune et le rendrait plus progressif" s'il était élu en 2022, de manière à ce qu''au lieu de rapporter trois milliards, il en rapporte huit". "Oui, c'est une rupture", a-t-il admis, mais "survivre, ce n'est pas une vie!".

• Sur le nucléaire, "les Français ont le droit de voter"

Le leader de la France insoumise a soutenu l'idée d'un référendum sur le nucléaire, déplorant qu’"on n'a jamais demandé l'avis des Français". "Les Français ont le droit de voter!" a-t-il poursuivi. “Si c’est l’assemblée qui le demande”, le candidat ne s’y opposerait pas.

De son côté, il a expliqué vouloir mettre un terme au nucléaire en 2045 en raison de sa potentielle dangerosité. Et de citer les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima. “Si nous avons un problème à la centrale de Gravelines, il faut évacuer Calais et Dunkerque”, a avancé Jean-Luc Mélenchon, regrettant la présence de 58 réacteurs nucléaires en France.

• "Excédé" de voir comment les musulmans sont traités

Le candidat insoumis à la présidentielle s’est dit "excédé de voir comment sont traités les musulmans dans notre pays sur toutes les tribunes." Il a préféré rappeler leurs actions au cours de l’histoire française. "Les musulmans de France n’ont jamais manqué à la France, ni à Monte Cassino, ni au débarquement de Provence", a-t-il détaillé.

Avant de promouvoir le "vivre ensemble" face à "la haine et la stigmatisation." Pour le candidat, "ce qui nuira le plus à la France, ce sont les haines religieuses".

• Eric Zemmour "se comporte comme un antisémite"

"Eric Zemmour est-il antisémite?" "Qui suis-je pour juger de ça?" a commencé par répondre Jean-Luc Mélenchon, confronté à cette question. Avant d'ajouter: "ce que je peux dire, c'est qu'il se comporte comme un antisémite”, rappelant que le polémiste a déjà été condamné pour "incitation à la haine raciale".

"Pardon, mais dire que Pétain, traître à la patrie, a protégé les juifs, ça c'est un discours assez traditionnel d'antisémite qui ne tient pas compte de la réalité du meurtre de masse qu'a été par exemple la rafle du Vel d'Hiv'", a-t-il développé.

Et au candidat de rapprocher ceux qui pensent que "les juifs ne peuvent pas être vraiment citoyens français" de ceux qui estiment que "les musulmans ne peuvent pas être vraiment citoyens français."

• "Sidéré" par les accusations visant Nicolas Hulot

Caresses ou baisers par surprise, tentative de fellation forcée: trois femmes témoignent contre Nicolas Hulot pour des faits qui auraient eu lieu entre 1989 et 2001, prescrits, dans un reportage diffusé jeudi soir par Envoyé Spécial, des accusations que le militant écologiste nie formellement.

Interrogé à ce sujet, Jean-Luc Mélenchon a répété sa sidération face aux potentiels agissements de cette "tête bien faite". "Quand je vois tout ça, je ne sais plus quoi en penser, je suis sidéré", affirme-t-il.

Plus généralement, le député des Bouches-du-Rhône a évoqué le mouvement #MeToo qui a fait émerger de multiples témoignages de femmes victimes de violences sexuelles. "On savait bien que… mais on ne savait pas à une telle échelle", a-t-il reconnu, soulignant que "ce mouvement a libéré la parole et permis de comprendre ce qui se passait." Il en retient une première leçon: "Nous autres, hommes, avons des questions à nous poser sur la manière dont nous élevons nos fils."

Et de pointer un second constat: "La justice n’a pas fait son boulot, la police n’a pas fait son boulot", rappelant le nombre de féminicides commis malgré leur dépôt de plainte. Lui demande "un milliard" pour remédier à ces failles.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles