“Mon naufrage a inspiré un film à Hollywood”

Elle pensait vivre une virée romantique sur l'océan Pacifique, avant qu'un ouragan transforme sa traversée en cauchemar. L'odyssée de Tami a été adaptée sur grand écran, dans "A la dérive".

Ce voyage s'apparentait à une lune de miel improvisée pour Tami Oldham Ashcraft, 23 ans et Richard Sharp, 34 ans. C'est en toute sérénité qu'en ce mois d'octobre 1983, les deux skippers, habitués à convoyer des bateaux sur l'océan Pacifique ont pris le large sur le Hazana, le yacht de 13 m d'un richissime client. "Ça faisait quatre ans que je naviguais sur l'océan. A nous deux, nous avions plus de 92 000 km au compteur", précise Tami. Pendant trois semaines, leur périple de 3 500 nautiques (6 480 km) de Tahiti vers San Diego est idyllique : "Nous avons passé vingt jours au paradis, à naviguer, rire et nous aimer passionnément", confie Tami, émue.

C'était compter sans la colère de Dame Nature. Personne n'avait prédit que l'ouragan Raymond allait dévier de trajectoire et se diriger droit sur leur embarcation. Pris au piège, dans l'œil du cyclone, Tami et Richard doivent affronter des vents de 225 km/h et des vagues de 12 m. "Richard a insisté pour que je me réfugie dans la cabine, explique Tami, alors qu'il restait sur le pont à tenir la barre dans un harnais de sécurité." Le dernier souvenir de la jeune femme avant de perdre connaissance est d'avoir entendu son fiancé hurler : "Oh mon Dieu !"

"J'ai ressenti comme un rugissement animal en moi : l'instinct de survie..."

A son réveil, vingt-sept heures plus tard, Tami flotte dans la cabine qui prend l'eau, entourée de débris. Les dégâts sont nombreux : mâts cassés et voiles déchirées, c'est un miracle (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Les Néo-Zélandais, dingues de leur Première ministre et de son bébé né pendant son mandat
“Mon bébé vient de naître… et il a déjà 13 ans”
Plaquée le jour de son mariage devant plus de 30 000 internautes
Affaire Sophie Le Tan : les curieuses recherches internet de Jean-Marc Reiser
“Avant d'être adoptée, je vivais dans une grotte”