Les naufragés de Guiria n'ont pas été tués par la mer

Collectif*
·1 min de lecture
Une embarcation de migrants vénézuéliens, qui tentaient de rejoindre Trinidad-et-Tobago, s'est échouée. 25 personnes sont décédées.
Une embarcation de migrants vénézuéliens, qui tentaient de rejoindre Trinidad-et-Tobago, s'est échouée. 25 personnes sont décédées.

Le 6 décembre dernier, 25 Vénézuéliens sont partis pour Trinité-et-Tobago à bord d'une embarcation précaire. Une semaine plus tard, 21 de leurs corps ont été retrouvés flottant dans la mer, à quelques kilomètres des côtes de Guiria, à l'est du Venezuela. Parmi ces migrants morts, trois enfants. La dictature de Nicolas Maduro a déclaré qu'il y en avait 14. Quelle est la vérité ? Il ne s'agit pas ici de statistiques, il s'agit d'enfants, de mères et de pères de famille qui émigrent, tous les jours et par milliers, pour un avenir, on ne sait si meilleur. Mais un avenir. 17 % de la population vénézuélienne a déserté son pays pour survivre. Par tous les moyens.

Certains partent à bord de petits bateaux, vers Trinité-et-Tobago. Cette île voisine représente un espoir. Depuis quelques semaines, le gouvernement de Trinité demande aux Vénézuéliens de faire demi-tour, et ce en flagrante violation des traités internationaux les obligeant à respecter le droit et la sécurité des migrants.

Comment peut-on renvoyer des familles avec enfants fuyant la famine et la misère ?

En octobre dernier, des ONG, dont Amnesty International, Human Rights Watch et Refugees International, ont publié un communiqué appelant le Premier ministre de Trinité-et-Tobago à mettre fin aux déportations. Selon le rapport du Conseil des droits de l'homme de l'ONU des crimes contre l'humanité sont commis au Venezuela, dont les principaux responsables seraient Nicolas Maduro et ses plus hauts dignitaires [...] Lire la suite