Un naturopathe, qui prétend guérir le cancer, aurait fait au moins deux victimes

·3 min de lecture
Un naturopathe devant la justice pour exercice illégal de la médecine

Ce vendredi 15 octobre 2021, le naturopathe Miguel B. pourrait être condamné à un an de prison ferme pour exercice illégal de la médecine. Il serait responsable de la mort de plusieurs personnes souffrant de cancers.

Entre médecines douces et charlatanisme, la frontière est parfois bien mince. Mais dans le cas de Miguel B., cette ligne rouge semble avoir été franchie depuis longtemps puisque ce naturopathe est actuellement jugé pour exercice illégal de la médecine, rapporte le journal Le Parisien. Le tribunal de Paris rendra son jugement ce vendredi 15 octobre.

L’affaire Miguel B. n’a pourtant rien de récent. Depuis plusieurs années, cet homme se présente comme un médecin spécialiste de la lutte contre le cancer et un biochimiste mais aussi comme un guérisseur énergéticien, comme le montre une capture d’écran révélée par nos confrères du Parisien. Fort de ce statut douteux, Miguel B. distille donc ses conseils à de nombreuses personnes souffrant de différents cancers, leur conseillant notamment de renoncer immédiatement à leurs traitements traditionnels. Y compris ceux concernant d’autres pathologies. Ses pratiques ne se limitent d’ailleurs pas à des consultations médicales à Paris et à Cachan, dans le Val-de-Marne. À l’aide de sa partenaire Irène Grosjean, grande prêtresse du manger crû sur internet, il organise des stages de jeûne et de rééducation alimentaire facturés plusieurs centaines d’euros la semaine.

Au moins deux victimes

Toujours selon la même enquête, au moins deux personnes seraient mortes des suites des conseils de Miguel B. "À partir du moment où il a rencontré Irène et Miguel, il a cessé de prendre ses médicaments et de suivre ses ordonnances et ne s’est soigné qu’avec des purges et des jeûnes, mais je n’ai découvert tout cela qu’à la fin. Il est devenu très maigre. Et quand j’ai contacté Miguel, il m’a dit que son programme n’était pas compatible avec la médecine traditionnelle. Car le corps a, au contraire, besoin d’expulser tout ce qui est chimique", raconte l’épouse d’une victime qui élève désormais sa fille de 2 ans seule.

Même topo pour Pauline, une mère de famille de 38 ans qui est morte d’un cancer du sein après avoir guéri d’un premier cancer grâce à la médecine traditionnelle. Celle-ci avait décidé de mieux manger pour faire face à cette nouvelle maladie, ce qui l’a malheureusement mené dans les bras de Miguel B. et de son associée. Elle est finalement morte des suites de son cancer, affamée et amaigrie, croyant jusqu’au bout que son système se purgeait de la maladie.

L’espoir d’une autre enquête

Malgré ces drames humains, c’est la plainte de l’épouse d’une autre victime qui a conduit Miguel B. devant la justice. Bien que son mari soit mort d’un cancer des testicules, dont on guérit dans 97% des cas grâce à la médecine classique, le naturopathe ne comparait que pour exercice illégal de la médecine. Les nombreuses familles de victimes, qui ont longtemps cru être des cas isolés, espèrent cependant qu’une seconde enquête s’ouvre pour que Miguel B. ne puisse plus nuire. En effet, s’il n’est pas interdit d’exercer ce vendredi, il partira dès le lendemain pour un nouveau stage.

VIDÉO - Minceur : les conseils de la naturopathe pour une perte du poids durable

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles