« La nature, ce n’est pas du business » : l’appel d’un maire à Macron

Pour le maire de Saint-Gervais-les-Bains, qui a déjà fait réguler l'ascension du Mont-Blanc, il faut limiter l'accès aux sites naturels pour les préserver (photo d'illustration).  - Credit:ANNA MARGUERITAT / Hans Lucas via AFP
Pour le maire de Saint-Gervais-les-Bains, qui a déjà fait réguler l'ascension du Mont-Blanc, il faut limiter l'accès aux sites naturels pour les préserver (photo d'illustration). - Credit:ANNA MARGUERITAT / Hans Lucas via AFP

« Monsieur le président de la République, nous avons besoin de vous. » Le maire de Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie), Jean-Marc Peillex (divers droite), a rendu publique ce mardi 20 septembre sa « supplique » adressée à Emmanuel Macron. Une longue lettre dans laquelle l'édile s'attaque à ceux qui entretiennent « le business de la surfréquentation » au péril des sites naturels comme le Mont-Blanc, sur sa commune, et appelle le chef de l'État à agir pour réguler le tourisme de masse.

En 2020, le maire avait déjà obtenu du président un arrêté de protection des habitats naturels pour protéger le plus haut sommet d'Europe, limitant le nombre d'alpinistes pouvant entamer l'ascension. Si le problème de la surfréquentation est connu depuis longtemps pour des grandes villes comme Venise, il touche de plus en plus de sites français : Étretat, gorges du Verdon ou de l'Ardèche, Corse, calanques de Marseille… Ces dernières ont, cet été, décidé d'imposer un quota via une réservation obligatoire. Des outils radicaux que Jean-Marc Peillex veut voir généralisés pour protéger la nature des flots de touristes. Il s'explique auprès du Point.

À LIRE AUSSICorse : les nationalistes veulent réguler l'afflux de touristes

Le Point : Vous avez adressé ce dimanche une « supplique » à Emmanuel Macron, l'appelant à vous aider à sauver les espaces naturels. Qu'attendez-vous de lui concrètement ?

Jean-Marc Peillex : L'État doit jouer son rôle. Les sites surfréquentés et les manifestatio [...] Lire la suite