Naturalisation de 28 tirailleurs sénégalais à l'Élysée, la "réparation d'une injustice"

franceinfo
Naturalisation de 28 tirailleurs sénégalais à l'Élysée, la "réparation d'une injustice"

Ils venaient des colonies françaises et se sont battus aux côtés de la France. Samedi 15 avril, 28 tirailleurs sénégalais (de nationalité sénégalaise, congolaise, centrafricaine et Ivoirienne) doivent être naturalisés lors d'une cérémonie à l'Élysée, en présence de François Hollande. C'est la première fois qu'ils obtiennent leur décret de naturalisation de cette manière. Ces tirailleurs appartiennent à la "dernière génération" d'une longue lignée de combattants africains engagés volontaires ou enrôlés d'autorité dans les rangs de l'armée française. Aujourd'hui, ils sont moins de mille à être toujours en vie.

"Quand je me suis engagé en tant que volontaire en 1954, explique Ndongo Dieng, l'un des 28 naturalisés, c'était pour défendre la mère-patrie, la France." De 1956 à 1958, il fait la guerre d'Algérie, "un vrai conflit dur", se souvient cet octogénaire. Aujourd'hui, le colonel Ndongo Dieng retrouve la nationalité française plus de 50 ans après l'avoir perdue, lors de l'indépendance du Sénégal. Pour lui, c'est la "réparation d'une injustice".

Après tout, nous étions Français à l'époque !

Ndongo Dieng, tirailleur sénégalais

à franceinfo

D'ailleurs, il n'a jamais cessé d'être Français à ses yeux. Sa famille a payé un lourd tribut aux guerres françaises : "Mon grand père est mort en 14-18 pour la France et mon père a combattu en 39-45 pour la France".

Après l'indépendance en 1960, il demande la nationalité française, en vain. Il rejoint alors l’armée sénégalaise naissante avec laquelle il s'est rendu sur une trentaine de théâtres d'opérations en Afrique jusqu'en 1992. Sur son torse, Ndongo Dieng arbore fièrement ses nombreuses décorations. Parmi elles : l'ordre national du Lion, la plus haute distinction sénégalaise, et la Croix du combattant volontaire, une médaille (...) Lire la suite sur Francetv info

Chemin des Dames : les cent ans d'une bataille meurtrière
Présidentielle : un premier tour très indécis
Le duel politique : François Hollande, après lui le déluge ?
Le débrief politique. François Hollande analyse le "succès Macron"
Franz-Olivier Giesbert raconte son entretien avec François Hollande : "Macron, moi je pense qu'il y croit"

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages