Publicité

Les Nations unies alertent sur une situation "cataclysmique" à Haïti

Haïti est en proie à une situation "cataclysmique", avec plus de 1 500 personnes tuées au cours du premier trimestre de 2024, a alerté jeudi l'ONU. Le pays des Caraïbes connaît un regain de violences du fait de la violence des gangs.

Les Nations unies ont indiqué jeudi 28 mars que la situation en Haïti est "cataclysmique", avec 1 554 tués au cours des trois premiers mois de 2024. L'Organisation déplore par ailleurs que les "frontières poreuses" facilitent l'approvisionnement des gangs en armes et munitions.

"Il est choquant de constater qu'en dépit de l'horreur de la situation sur le terrain, les armes continuent d'affluer. J'appelle à une mise en œuvre plus efficace de l'embargo sur les armes", déclare le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk, dans la présentation d'un nouveau rapport.

"Des facteurs structurels et conjecturaux ont conduit Haïti à une situation cataclysmique, caractérisée par une profonde instabilité politique et des institutions extrêmement fragiles", selon ce rapport.

Haïti, qui vivait déjà une profonde crise politique et sécuritaire, est en proie à un regain de violences depuis le début du mois, lorsque plusieurs gangs ont uni leurs forces pour attaquer des lieux stratégiques de Port-au-Prince, disant vouloir renverser le Premier ministre Ariel Henry.

Selon l'ONU, "la corruption, l'impunité et la mauvaise gouvernance, aggravées par les niveaux croissants de violence des gangs, ont érodé l'État de droit et conduit les institutions de l'État (...) au bord de l'effondrement".


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Haïti : des ressortissants français et étrangers évacués par l'armée française vers la Martinique
La transition politique se fait attendre en Haïti, où les gangs étendent leur emprise
Haïti : le Premier ministre Ariel Henry accepte de démissionner