Nationaliser temporairement l'usine Ford de Blanquefort, bonne ou mauvaise idée ?

Maligorne, Clémentine
Les salariés de l'usine Ford de Blanquefort en Gironde, le 11 décembre 2018. / GEORGES GOBET/AFP

LE SCAN ÉCO - L'hypothèse d'un rachat par l'État de l'usine Ford de Blanquefort est sur la table depuis quelques semaines. Cette solution pourrait permettre de sauver les emplois en jeu alors que l'Américain Ford a décidé de fermer l'usine située près de Bordeaux.

Face à la décision de Ford de fermer l'usine de Blanquefort en Gironde, depuis plusieurs semaines l'État n'exclut pas la possibilité de racheter le site provisoirement. Alors que Ford a jusqu'au 28 janvier pour rendre une nouvelle copie de son «plan de sauvegarde de l'emploi», le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a remis dimanche dernier cette hypothèse sur la table, assurant que les discussions avec Ford «continuent». «S'il faut que l'État fasse la transition, rachète le site pour le revendre à Punch Powerglide (le potentiel repreneur belge, NDLR.), cela ne me pose aucune difficulté.» C'est «le rôle de l'État de protéger (...) quand certains abusent, quand certaines entreprises se comportent mal», a-t-il ajouté, justifiant ainsi l'interventionnisme de l'État. Il s'agirait ainsi de mettre en place une sorte de «nationalisation temporaire» de cette usine spécialisée dans les boîtes de vitesse. En quoi consiste ce mécanisme? Cette solution permettrait-elle de sauver l'usine de Gironde? L'État a-t-il déjà procédé à ce genre de rachat provisoire? Éléments de réponse.

• L'État semble négocier avec Ford un rachat temporaire de l'usine de Blanquefort. En quoi cela consisterait?

«On ne s'oriente pas vers une nationalisation pure et dure», explique Jean-Dominique Daudier de Cassini, avocat et ancien président de l'Association du retournement d'entreprise (ARE). «Il s'agirait pour l'État de racheter temporairement le site de Blanquefort le temps de trouver un repreneur.» L'objectif: «assurer la continuité d'un outil de production jugé rentable». «C'est généralement un processus négocié (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Quel gouvernement a le plus privatisé depuis 30 ans? 
Usine Ford de Blanquefort: le point sur ce dossier, qualifié de «trahison» par Le Maire 
L'État peut-il empêcher une usine de fermer? 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro