La nationalisation de Luxfer, usine de bouteilles à oxygène, de plus en plus réclamée

Le HuffPost avec AFP
L'usine Luxfer de Gerzat, dans le Puy-de-Dôme, a été fermée par son propriétaire britannique en 2019. Elle était la seule d'Europe à fabriquer des bouteilles à oxygène médicales. 

ÉCONOMIE - Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen ont tous deux demandé, ce mardi 24 mars, la nationalisation de l’usine Luxfer de Gerzat, dans le Puy-de-Dôme. Une entreprise qui, avant sa fermeture, était la seule en Europe à fabriquer des bouteilles à oxygène médical.

La CGT avait fait la même demande jeudi dernier afin de faire face aux besoins liés à la pandémie de coronavirus.

“Depuis le début, je demande: ‘Est-ce que, oui ou non, vous allez nationaliser cette entreprise?’, car les travailleurs sont prêts à y retourner maintenant même et à travailler”, a assuré le chef de file des députés LFI sur France 2. Une demande qu’il avait déjà formulée à l’Assemblée nationale. 

“Luxfer (bouteilles d’oxygène), Famar (chloroquine): ces deux entreprises françaises sont en grande difficulté. Renouer avec l’État-stratège et la souveraineté sanitaire, c’est maintenant: que l’État nationalise et relance ces deux fabricants! Agissons”, a réclamé de son côté sur Twitter la présidente du Rassemblement national.

Le maire de Clermont, Olivier Bianchi, et celui de Gerzat, Jean Albisetti, se sont associés à la députée du Puy-de-Dôme, Christine Pirès Beaune, pour écrire au sujet de Luxfer au ministre de l’Économie Bruno Le Maire. Selon elle, le délégué interministériel aux restructurations lui a répondu qu’il ”étudiait le dossier”.

Les ex-salariés ont maintenu l’outil de travail en état de fonctionner

Il en va de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post