Nationalisation : à Saint-Nazaire, l’Etat menace de hisser son pavillon

Libération.fr

Le scénario, révélé il y a plusieurs mois par Libération, d’une prise de contrôle pure et simple des chantiers navals STX de Saint-Nazaire par l’Etat français et DCNS reprend corps. Selon le Monde, l’Etat envisagerait désormais une «nationalisation transitoire» des chantiers de Saint-Nazaire s’il ne parvient pas à un accord satisfaisant sur leur reprise par l’Italien Fincantieri. Ce plan secret du gouvernement consistant à hisser à nouveau le pavillon français sur les Chantiers de l’Atlantique avait suscité à l’époque un démenti ambigu des autorités françaises. Démenti dont on voit qu’il n’était que de pure forme. Ce «plan B» est donc toujours à l’étude dans l’hypothèse où Fincantieri refuserait la position d’actionnaire minoritaire à 49 % de STX France que cherche à lui imposer l’Etat français. «Il n’y a rien de nouveau. Cette clause de préemption [permettant une nationalisation transitoire, ndlr] est à la disposition du gouvernement depuis le début. Les discussions se poursuivent avec Fincantieri», a simplement indiqué une source à Bercy.

De toute évidence, la menace d’une nationalisation de STX France est un nouveau gros coup de pression de Paris pour amener les Italiens à accepter un pacte d’actionnaires qui lierait Fincantieri à l’Etat français et ses alliés. «Le projet consisterait à nationaliser transitoirement le site historique où travaillent plus de 7 000 salariés et sous-traitants. Après être monté à 100 % du capital, l’Etat revendrait rapidement une majorité des titres à des investisseurs jugés plus satisfaisants que Fincantieri», estime le Monde, pour qui «c’est l’ultime grand dossier industriel de François Hollande».Fincantieri, qui est le seul candidat déclaré à la reprise de STX France, n’a pas les faveurs de syndicats de Saint-Nazaire qui s’inquiètent pour l’emploi et d’éventuels transferts de charge et de technologie en Italie, voire en Chine.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Ces élus de droite en service minimum
Filteris, un algorithme de peu de poids
Paris Le parc des Rives de Seine chasse le bitume
«Blue Whale Challenge» la rumeur déconstruite
Socle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages