Nathalie Péchalat : "Il faut apprivoiser le doute pour en faire un moteur"

·1 min de lecture

Danseuse sur glace, Nathalie Péchalat a raflé de nombreux prix. Ambitieuse, la jeune femme avait comme objectif de gagner. Pour cela, explique-t-elle dans Les Bénéfices du doute (Marabout), rien de mieux que de douter pour se perfectionner, entreprendre et oser. En vingt-trois ans de carrière, la championne a développé sa propre méthode de développement personnel et nous en livre les secrets.

Management : Les sportifs de haut niveau semblent avoir une résistance supérieure à la moyenne. Est-ce un atout ou un handicap en cette période ?

Nathalie Péchalat : Les sportifs ont une grande capacité à se relever quand ils tombent, à se remettre en question. Ils sont durs au mal, mentalement et physiquement, et font des choix de vie très exigeants. Ils ont conscience que c’est le prix à payer pour augmenter leur performance. Pourtant, cette crise sanitaire les fragilise énormément. Cet apparent paradoxe s’explique par le fait qu’un sportif planifie énormément ses échéances. Sa vie est rythmée par les entraînements et les compétitions. Nous n’aimons pas les surprises ! Nous cherchons toujours à anticiper les aléas, à contrôler notre planning, notre sommeil… Ce que nous vivons actuellement est violent pour tout le monde, et les sportifs n’y échappent pas.

Vous avez suivi un long entraînement en Russie. Votre expérience va à l’encontre des stéréotypes sur les Russes, notamment en matière de pédagogie…

Malgré le peu de confort de notre logement (nous vivions à deux dans 10 mètres carrés), (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Il avait enfreint le couvre-feu pour la 4e fois, un homme condamné à 3 mois ferme
L'Etat hérite d'un don de 40.000 euros de la part d'un particulier, qui voulait "réduire le déficit public"
Comment les Etats-Unis veulent contenir la Chine, en Asie
Le confinement fait plonger l’économie du Royaume-Uni
Attention si vous prenez un congé parental, les ménages n’ont pas profité de l'arrivée de nouveaux concurrents d’EDF... Le flash éco du jour