Nathalie Loiseau renonce à la présidence du groupe centriste au Parlement européen… et maintenant ?

franceinfo avec AFP et Reuters
Ces derniers jours, l'ancienne tête de liste de la majorité présidentielle était pointée du doigt pour des propos peu amènes sur certains de ses alliés au Parlement européen. Elle a fini par se retirer de la course à la présidence du groupe "Renew Europe".

Critiquée de toutes parts, elle jette l'éponge. Nathalie Loiseau, tête de la liste Renaissance (LREM-MoDem) aux européennes, renonce à briguer la présidence du groupe centriste au Parlement européen, a indiqué jeudi 13 juin son entourage à plusieurs médias. Ces derniers jours, elle était pointée du doigt pour des propos offensants envers certains de ses alliés, tenus en "off" devant des journalistes. Franceinfo répond aux questions que pose le retrait de sa candidature.

Pourquoi a-t-elle pris cette décision ?

Déjà fragilisée par des maladresses pendant la campagne des européennes, Nathalie Loiseau est accusée par le journal belge Le Soir (qui a depuis supprimé son article) d'avoir parlé de façon irrespectueuse de certains eurodéputés membres de son groupe. L'incident s'est déroulé le 5 juin dans l'après-midi. Ce jour-là, Nathalie Loiseau rencontre une dizaine de journalistes français et étrangers, au Parlement européen à Bruxelles. La règle est donnée : ce qu'elle dira sera en "off", c'est-à-dire que ses propos ne pourront pas lui être attribués dans la presse. Pendant près d'une heure, l'eurodéputée fraîchement élue s'exprime sans filtre. Elle s'en prend nommément à l'ex-Premier ministre belge Guy Verhofstadt, à l'ancien ministre français Jean Arthuis, dont elle regrette "l'aigreur", et à Manfred Weber, leader de la droite conservatrice et candidat à la présidence de la Commission, qu'elle qualifie "d'ectoplasme", comme le (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi