Nathalie Loiseau figurait sur une liste d'extrême droite étudiante, révèle Mediapart

Romain Herreros
Nathalie Loiseau figurait sur une liste d'extrême droite étudiante, révèle Mediapart

POLITIQUE - C’était il y a 35 ans. En 1984, alors étudiante à Sciences Po Paris, Nathalie Loiseau, qui s’appelait à ce moment là Nathalie Ducoulombier, figurait en 6e position sur une liste composée à l’occasion des élections des délégués étudiants au conseil de direction et à la commission paritaire de la prestigieuse école. 

Problème, révèle Mediapart ce lundi 22 avril, cette liste était celle de l’Union des étudiants de droite (UED), “un syndicat étudiant né sur les cendres du GUD”. Pour rappel, le Groupe union défense est une organisation étudiante d’extrême droite adepte du coup de poing ayant beaucoup fait parler d’elle pour des faits de violence dans les années 80.

Selon le site d’investigation, la liste sur laquelle figurait l’ex-ministre aux affaires européennes prônait l’union des droites, des maurassiens aux gaullistes. “L’UED s’opposera fermement à toutes les propositions qui, sous couvert de ‘démocratisation’, visent à instaurer la démagogie et le terrorisme marxiste”, promettait par exemple le programme du syndicat.  

Ex-gudard et ami proche de Marine Le Pen, Frédéric Chatillon expliquait lui même dans un livre que cette organisation avait pour mission d’“incarner le nationalisme” au sein de l’établissement de la rue Saint-Guillaume. Voilà qui tombe plutôt mal pour celle qui entend justement lutter contre ce même nationalisme le 26 mai prochain. 

“J’avais complètement oublié cet épisode”

Interrogé par Mediapart à ce sujet, l’entourage de la tête de liste LREM a d’abord louvoyé, affirmant dans un premier temps que les journalistes faisaient  fausse route sur la base d’un “faux”. Mais quelques semaines plus tard, Nathalie Loiseau a elle-même reconnu avoir figuré sur cette liste. 

″À ce moment-là, j’ai été, d’après mes recoupements -parce que pour être tout à fait honnête j’avais complètement oublié cet épisode-, approchée pour participer à une liste qui voulait accentuer le pluralisme à Sciences-Po, alors quasi inexistant, et qui cherchait des femmes. J’ai...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

Cette vidéo peut également vous intéresser :